Sunday 17 Dec 2017

Système disque : les médiathèques

Lien vers l'ancien site ACIM

France Inter n'a pas autorisé la mise en ligne sur notre site de la version audio de l'émission. C'est bien dommage, sachant que celle-ci n'est conservée sur leur propre site qu'une semaine.

Les discothèques et les bibliothèques musicales diffusée sur France inter le 20 novembre 2004 Avec :
- Gilles PIERRET, directeur de la Bibliothèque musicale de Paris,
- Catherine SOUBRAS du service discothèque des bibliothèques et discothèques publiques de Paris
- Véronique DOUSSOT, de la Bibliothèque musicale de Metz
- Dominique AUER, bibliothécaire musical à Sélestat

Les réactions :

- Michel delahaye de Chambery « Mes réactions vraiment à chaud, puisque j'écoute l'émission J'écris pendant les pauses (c'est pas le temps qui manque : la moitié de l'émission est déjà passée, et on n'a parlé du sujet jusque là pendant seulement deux fois six minutes... La règle du jeu des radios généralistes, je sais...).

Deux fois six minutes donc, pour évoquer essentiellement le problème des services de presse en bibliothèque... Très parisien tout ça (c'est pas moi qui le dit, c'est eux).

... (c'est reparti)

Là le témoignage de l'usager est bien. Bien dans l'ambiance de nos conversations avec nos "clients". Là c'est du bon boulot, bravo France-Inter. C'est intéressant, la preuve : j'ai oublié de relever le minutage !

C'est mieux maintenant, grâce aux "petits", proche des gens. Et puis le court débat Star'ac ou pas : problématique posée, ok.

... Dernière tranche annoncée.

Dominique Auer insiste à nouveau sur les richesses de l'échange avec le public : les parisiens vont courir s'inscrire à Sélestat ! (pique gratuite : Paris est par nature et heureusement une structure plus lourde, donc moins "proche" ; et je ne doute pas que dans les quartiers parisiens, nos collègues ressemblent à ceux de Sélestat ou Metz).

Bilan superficiel ? L'important de l'affaire : qu'est-ce que le grand public, non parisien en particulier, aura retirer de cette émission ? Peut-être aurons-nous des commentaires de nos habitués... Et des nouveaux inscrits !

Frustration quand même : après la première pause musicale, Valli s'enthousiasme : "ça parle, ça discute, c'est vachement bien !". Mais c'était hors-micro, madame... tant pis pour nous !!? »

- Jean-Luc Prothet, Caluire

Je ne connais pas Système Disque (suis au boulot à cette heure-là), mais l'envie de l'écouter plus tard grâce au net n'est pas irrépressible... Tiens, serait-ce là l'occasion de vous signaler mon émission radio préférée, à savoir "Le Chantier", sur France-Culture : richesse et engagement des animateurs de l'émission très remarquables. http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/chantier/index.php ?emission_id=25060155 Certains connaissent probablement ce rendez-vous hebdomadaire avec l'univers du spectacle, après que la plupart d'entre nous aient quittés le boulot le samedi.

C'était une parenthèse hors sujet, façon "France-Inter"...

Retour à ce "Système disque" : à vous, chers collègues !

- Dominique AUER, médiathèque de Sélesta

Bonjour à tous. Alors vu de l'intérieur (ou presque), c'était une expérience enrichissante à bien des égards...Mais j'en garde tout de même une certaine frustration car c'était vraiment très très court. Pour ma part, j'ai essayé de dire beaucoup de choses en peu de temps ce qui explique que je n'ai pas forcément toujours répondu directement aux questions posées (il faudrait qe je me lance en politique !). Ceci dit les personnes ayant entendu l'émission et n'appartenant pas à la grande famille des -thècaires m'ont dit qu'elles avaient été agréablement surprises de voir un peu ce qui se passait de l'autre côté du miroir. Cependant je pense qu'il aurait été plus pertinent de faire la chose en deux parties : une partie historique et théorique, et une autre consacrée à la vie quotidienne d'une bibliothèque musicale. Voilà pour moi. NB : désolé si j'ai heurté des sensibilités, mais je n'ai jamais voulu me mettre en avant comme le Grand Instigateur de cette émission !!! Peu importe qui l'a été d'ailleurs, l'essentiel est qu'on parle de notre profession, non ?

- Gilles Pierret

« Vu de l'intérieur » : quelques réflexions sur l'émission système disque de samedi dernier.

Evidemment la première impression que j'ai retiré de mon passage à « système disque », a été comme pour beaucoup d'entre vous, un sentiment de frustration intense (encore plus net lorsque je me suis réécouté...). Cela vient du fait que nous avons l'habitude de nous exprimer dans un environnement essentiellement professionnel (la liste, la presse professionnelle, les journées d'étude, la formation) où nous avons tout à loisir le temps de débattre, d'expliquer, d'analyser -ce que nous aimons tous beaucoup faire... ; au micro, en direct, il faut réagir à chaud, saisir la balle au bond, et essayer de se placer au bon moment, dans les créneaux étroits qui se présentent ; car, finalement , si l'émission dure une heure, nous n'avons guère pu nous exprimer que vingt petites minutes -fragmentées de surcroît ; et j'imagine la frustration encore plus grande de Dominique Auer, qui, a réussi pourtant à s'exprimer de façon significative dans les quelques... secondes qui lui ont échu ! Alors, bien sûr, évoquer en improvi sant, au fil de l'émission, nos missions, nos publics, notre politique documentaire, notre place dans la cité, disserter sur la crise du disque et la remise en cause des modèles culturels classiques, pour terminer sur l'inévitable question de la dématérialisation des supports et de l'avenir de nos établissements, etc. etc., cela relève de l'impossible, et on ne peut donner sur tous ces sujets que des bribes d'analyse. C'est la loi du genre... et encore, je trouve personnellement que l'émission n'était pas si mal conduite par une animatrice qui savait tout de même assez bien de quoi elle parlait (eh !, oui, ça n'est pas si fréquent, ... qui n'en a pas fait l'expérience de propos totalement déformés sur nos métiers, de la part de journalistes a priori pourtant plus proches de notre univers ? L'important est sans doute, comme l'a fait remarquer Dominique Auer, est que l'on ait parlé de nous, dans un cadre qui déborde largement l'univers professionnel ; nous n'avons pas si souvent l'occasion de le faire qu'il faille bouder ce genre d'invitation. Nous n'avons certes pas tout dit, ... nous avons montré que nous existions : est-ce si négligeable ?

PS Je remercie en tout cas ceux (ou celui ?) qui sont à l'origine de l'idée de participer à cette émission ; j'y ai pris plaisir, même si l'exercice était difficile : représenter, avec mes trois autres collègues, l'ensemble de notre profession était un honneur redoutable ; nous l'avons assumé comme nous l'avons pu -avec notre propre vision du métier et nos convictions. Merci à ceux qui ne s'y sont peut-être pas tout à fait retrouvés de faire preuve d'indulgence !

-

Une réaction suite à une écoute en direct-live à la maison en préparant la soupe (une recette assez longue).

Connaissant l'émission depuis pas mal de temps, je vous prie de croire que le sujet a été aussi bien traité que les autres sujets abordé jusqu'alors par Valli qui, effectivement, connaît bien le "milieu du disque". J'ai trouvé mes collègues très pros et surtout évitant de se perdre dans les considérations ésotériques et nombrilistes dont nous avons le secret. Je pense qu'une bonne "évocation" et de bonnes "impressions" du métier et surtout du rôle dans la grande chaîne du circuit de la musique ont été faites. Je retiens surtout qu'une exposition aussi grande de la bibliothèque en général n'avait jamais été faite à une heure potable sur une radio leader, même quand Jeanneney traînait dans les parages. Bravo aux intervenants, clairs, passionnés mais avec du recul et un discours compréhensible. (Spéciale dédicace à Mr Pierret, expliquant avec aplomb l'hystérie accompagnant tout sujet concernant le P2P ou toute musique en ligne et interdisant donc une réflexion avant quelques temps, hystérie pourtant encouragée par les "débats-pugilats" en vogue, sans idées mais tellement spectaculaires).

- René Vander Poorte

Bonjour à tous !

J'ai pu écouter l'émission en différé

Evidement c'est toujours frustrant quand l'émission commence vraiment au bout de 10 minutes,

Evidement c'était trop "parisien", même si la MMdeParis est notre modèle à tous, mais du coup 2 représentants de la capitale nous laissait croire que la décentralisation n'est pas encore effective partout. Un représentant de banlieue aurait été le bienvenu, par ex.

Mais dans l'ensemble, vu le temps imparti, ça situait bien la chose.

Dommage encore que quelqu'un ait dit que les Musibus ce n'était pas le même métier !!! Je ne suis pas en BDP, mais ça m'a choqué. Et puis, même si ça n'intéressait pas le grand public, un petit mot sur l'ACIM/Les Rencontres/L'Interprofession/Ce forum (histoire de montrer qu'on est pas tous tout seul dans notre coin, et je pense que pas mal de collègues ont écouter ou vont écouter), surtout avec 2 membres de l'ACIM dans la place (Gilles, Catherine) ça aurait pu être bien !

Voilà

-

Bonjour ! Je suis assez d'accord sur les précédentes remarques faites à propos de l'émission (un peu court, un peu parisien, mais dans l'ensemble plutôt réussi). J'ai juste été un peu déçue d'entendre que les "discobus de BDP" n'agissaient pas tout à fait dans le même sens. Je n'ai pas bien compris en quoi nos métiers étaient si différents. Nous aussi, nous nous posons des questions à propos de la Star Ac', nous aussi nous nous demandons en quoi Internet interfère dans nos actions et nous aussi, nous nous demandons comment faire partager la musique que nous aimons, de façon encore plus cruciale, puisque nous rencontrons rarement nos auditeurs... Alors quoi ? Voilà. C'était juste un petit regret et un coucou aux discothécaires souvent esseulé(e)s des BDP ! Véronique Serer, BDP 06

Laisser un commentaire

CAPTCHA - Répondez à la question suivante : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Propulsé par WordPress