dimanche 11 déc. 2016

Vincent Carabeufs présente le Discoflux : entretien avec un Hybride #3

1. En quoi consiste le Discoflux ?

Le projet Discoflux s’est inspiré du podcast créé par la BDP 64 sous la houlette de notre ancien collègue, Philippe Saut. Nous voulions présenter nos coups de cœur autrement que par des analyses écrites.

2. Quels étaient vos objectifs en développant ce projet ?

L’objectif premier était de présenter des coups de cœur sous une forme orale (extraits + commentaires), plus accessible. Dans l’équipe, nous pouvions bénéficier de l’expérience d’un agent, musicien amateur connaissant bien la MAO. Cet agent a formé son collègue. Ce sont eux qui nous enregistrent et qui font le montage avec le logiciel libre Audacity.

3. A quelle date avez-vous préparé la mise en place du projet ? A quelle date avez-vous lancé le projet ?

Le premier Discoflux est sorti en mars 2011. Le temps de préparation a été d’environ 1 an, le temps de vérifier la faisabilité du projet sous son aspect technique, financier et juridique, de contacter les autres services et obtenir leur aval (culture, communication et informatique), de s’assurer que nous aurions les compétences et le temps nécessaire pour mettre en place ce nouveau service et assurer sa périodicité mensuelle.

4. Avez-vous bénéficié d’un support et d’un accompagnement technique de la part des services informatiques dans la réalisation de votre projet ?

Le service informatique s’est posé la question du stockage des fichiers. Nous pensions utiliser Soundcloud, qui nous permettait d’héberger nos fichiers sur le web et exporter un lecteur audio. Cette solution a été validée par le service informatique qui n’était pas très favorable à un hébergement sur les serveurs du CG (problème de l’espace de stockage).
Nous souhaitions effectuer le montage son avec le logiciel libre Audacity (pour des raisons de coût, et aussi de facilité d’utilisation) : pas de problème pour le service informatique qui nous l’a installé. Côté matériel, le service informatique nous a fourni un ordinateur portable neuf. Nous avons aussi fait l’acquisition, sur notre budget propre, d’une carte son externe Alesis IO2, et de 2 micros Shure SM58 (+ deux pieds et deux filtres anti-pop).

5. Ce projet a-t-il été accompagné d’une démarche de médiation et de communication à destination du public et des décideurs (élus, responsables administratifs) ?

Nous avons demandé la validation du projet auprès de notre hiérarchie administrative sur le fond et de la direction de la communication pour la conformité de présentation de ce service sur le portail et les modalités de communication. Nous avons communiqué auprès de notre réseau de bibliothèques à travers une plaquette de présentation du portail et un numéro de notre bulletin d’info Biblio50 consacré à la musique.

6. Quels ont-été les freins principaux à la mise en place de ce projet (techniques, administratifs, juridiques,…) ?

Nous avons longuement hésité sur les droits, l’archivage des discoflux, les différents forfaits Sesam . La Sacem nous a orienté vers le Sesam, et nous avons opté pour le forfait 10 œuvres maxi à 10€ ht/mois (extraits de 45 sec). Nous allons en 2012 passer à un forfait supérieur, (de 11 à 100 œuvres à 100€ ht/mois) qui nous permettra de présenter les anciens Discoflux sur le portail (archives).

7. Quels sont les retours de la part des usagers quant à l’utilisation ?

Difficile pour nous BDP d’avoir un retour des usagers en direct, par contre le réseau est très content de cette formule. Les statistiques sont encourageantes puisque la page Discoflux a été visitée environ 800 fois de Juillet à Décembre 2011.

8. Quels conseils ou recommandations formuleriez-vous à des collègues qui voudraient se lancer dans une aventure similaire ?

S’assurer de la faisabilité technique : qui a les compétences dans l’équipe pour effectuer le montage qui prend environ une journée et demande quand même un certain goût pour la « bidouille ». Il faut surtout penser à contacter tous les services susceptibles d’être partenaires du projet.

9. Avez-vous des projets pour développer ou faire évoluer ce projet ?

Oui nous avons engagé une reflexion pour décliner le principe du Discoflux pour des œuvres littéraires.

10. Quels sont vos goûts musicaux ? Qu’écoutez-vous en ce moment ?

J’écoute surtout du rock indé et un tout petit peu de chanson française (avec une obsession pour Dick Rivers). J’ai commencé à écouter du rock avec The Cure, Joy Division, The Smiths, puis The Jesus & Mary Chain, Ride, le label 4AD, etc. En ce moment j’aime beaucoup le dernier album de Hunx And His Punx, mélange de pop sixties et de garage et aussi Django Django, un groupe tout fou qui me rappelle Beta Band.

11. Que souhaiteriez-vous ajouter ? 

Mentionner les participants au projet, au générique du Discoflux :

  • Responsable du service musique et du projet : Benoît Groud
  • Voix : Benoît Groud, Christine Gardien, Vincent Carabeufs
  • Mise en ligne, intégration dans le portail : Vincent Carabeufs
  • Réalisation, montage : Nicolas Choukroun et Roman Hervieu

Les liens :
Le discoflux
Biblio.manche.fr http://biblio.manche.fr/index.php
Le Discoflux sur Soundcloud http://soundcloud.com/karaboul

Trackbacks de cet article

  1. Vincent Carabeufs présente le Discoflux : entretien avec un Hybride #3 | Musique en bibliothèque | Scoop.it
  2. Vincent Carabeufs présente le Discoflux : entretien avec un Hybride #3 | ACIM | gpmt | Scoop.it

Laisser un commentaire

CAPTCHA - Répondez à la question suivante : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Propulsé par WordPress