Antoine Viry et Vincent Bouteloup présentent Ziklibrenbib : entretien avec des Hybrides #9

1. Pourriez-vous vous présenter en quelques lignes ? 

Antoine : je suis  animateur multimédia à la Médiathèque de Pacé, près de Rennes. Pour autant que je m’en souvienne, c’est un collègue assistant d’éducation à Saint-Omer qui m’a fait découvrir les logiciels libres, et notamment le site Framasoft.  J’ai poursuivi cette découverte lors de mon arrivée à Pacé en 2006 pour finalement participer à l’édition 2010 de Libre en Fête. Cette manifestation se déroulant dans une médiathèque, il me semblait normal de ne pas restreindre la découverte du monde du Libre aux seuls logiciels. J’ai donc parcouru le web à la recherche de musiques, de photos… et j’ai été surpris de découvrir un foisonnement d’œuvres de qualité ! Lorsque l’on adopte la philosophie du Libre, l’envie est grande de porter sa pierre à l’édifice, mais je ne suis pas programmeur… et pas vraiment artiste alors j’ai décidé de me lancer dans la diffusion : sur ma commune, auprès de mes proches… et ensuite via mon blog perso @diffuser.net.


Antoine Viry

Vincent : Je suis en charge du secteur musique depuis 2002 à la Médiathèque de la CDC du Pays d’Argentan. J’ai découvert la musique en libre diffusion via un netlabel local « Les Diks qui sautent » et surtout via l’excellent blog « Netlabel Revue » de Benoît Richard (créateur aussi de Benzine Mag, Revue Pop Express, Hop Blog et Des Chips et du rosé). L’idée m’est alors venue de prêter sur CD-R (comme l’autorisent les licences libres) une sélection d’albums en libre diffusion au public…


Vincent Bouteloup

2. Qu’est-ce que Ziklibrenbib? 

Ziklibrenbib est un blog collaboratif consacré à la musique en libre diffusion animé par des personnes travaillant en médiathèques. Il a été créé et lancé par les Médiathèque de Pacé et de la CDC du Pays d’Argentan. Ce blog est  né autour d’un concept : donner une visibilité à la musique libre en bibliothèque. Le hasard a voulu qu’on se rencontre et l’idée de faire quelque chose ensemble, de mutualiser, a rapidement fait son chemin…

3. Pourquoi promouvoir la musique libre ?

Les objectifs étaient les suivants : proposer un service supplémentaire à l’usager, promouvoir les créations en licence libre, proposer une sélection de musique numérique, s’adapter aux nouveaux usages, valoriser le travail et les sélections des médiathèques concernant les musiques en libre diffusion, donner des outils et pistes aux collègues pour valoriser la musique en libre diffusion en médiathèque.

N’ayant pas les mêmes affinités musicales, on savait déjà qu’on allait se compléter et s’enrichir mutuellement… et on espérait secrètement qu’une ou deux bonnes volontés nous rejoindraient l’année suivante ;-)

Quant à la promotion de la musique libre, elle est peu connue du public alors qu’elle représente un secteur non négligeable de la création musicale, avec des choses de grande qualité. Les licences libres constituent une alternative – plus en phase avec le contexte actuel ? – à la diffusion de la musique et un accès libre à la création.

4. A quelle date avez-vous préparé la mise en place du projet ? A quelle date l’avez-vous lancé ?

On a songé à ce projet en août 2011… et nous avons commencé à travailler réellement dessus en octobre de la même année. Après avoir un peu hésité sur l’outil (scoop.it, tumblr) nous avons finalement opté pour un véritable site évolutif  avec le CMS WordPress. Il a été lancé le 17 janvier 2012.

5. Comment a été développé le site ? 

Le site a entièrement été développé en interne… mais développer est un bien grand mot puisque le plus compliqué a finalement été de trouver un thème WordPress qui nous convienne fonctionnellement (les chroniques devaient être accessibles sans un clic) et esthétiquement. Nous avons ensuite souscrit à un abonnement chez OVH. Depuis décembre dernier, ziklibrenbib.fr est hébergé par l’ACIM.

6. Ziklibrenbib est aujourd’hui un blog collaboratif dont le cercle des participants s’agrandit régulièrement. Quelles sont les conditions pour contribuer au site ?

La condition première est de travailler dans une bibliothèque (municipale, départementale…). Il faut ensuite être intéressé par le sujet car dénicher de bons albums en libre diffusion demande du temps. Nous demandons également aux participants d’avoir l’accord de leur hiérarchie, étant donné qu’ils publient en leur nom mais aussi au nom de leur structure. A noter que plusieurs personnes d’une même structure peuvent participer à Ziklibrenbib, chacune d’entre elles publiant sous son propre nom/pseudonyme.

7. Comment organisez-vous l’alimentation en contenus du blog ? Y-a-t-il un calendrier de publication ? Ou une chate de participation ?

La participation est libre, nous n’imposons aucun quota de chroniques ou autres. Chacun amène ce qu’il peut amener en fonction du temps dont il dispose. Pour l’instant ce sont essentiellement des chroniques, mais on peut très bien imaginer quelqu’un qui veuille nous aider sur le volet communication sans pour autant publier de chroniques. Nous gérons les chroniques via un système de file d’attente : lorsque cette file est conséquente nous publions davantage de chroniques que lorsqu’elle se tarit. Cela nous évite d’avoir 5 chroniques une semaine et 2 la semaine suivante. Des idées de contenus ou nouvelles rubriques sont émises aussi sur un forum interne au blog et on voit s’il y a matière et quels sont les moyens techniques à mettre en œuvre.

8. Quels conseils ou recommandations formuleriez-vous pour qui voudrait se lancer dans l’aventure d’un blog collaboratif ?

C’est une formidable aventure humaine mais il faut savoir accepter des niveaux de participation différents de la part des contributeurs car tout le monde n’est pas logé à la même enseigne d’un point de vue professionnel et/ou personnel. De ce fait il n’est pas toujours évident de faire avancer ce genre de projets de façon la plus démocratique. Il faut mettre les informations à disposition de tous les contributeurs mais ne pas forcément attendre que chacun se soit exprimé avant d’adopter ou non une évolution… Un peu la démarche du « qui ne dit mot consent », adoptée dans de nombreux collectifs. Pour résumer il faut être perspicace et aller de l’avant !

9. Ce projet a-t-il été accompagné d’une démarche de médiation et de communication à destination du public et des tutelles ?

Le projet a été intégré au projet de service général de nos médiathèques et validé par nos tutelles. Concernant la médiation, le public est informé par affiche, flyer, annonce dans le programme de l’établissement, article dans la presse locale, liens internet… Antoine intervient également à titre personnel une fois par mois dans l’émission 90 B, sur la radio rennaise Canal B. On y parle de Ziklibrenbib, @diffuser.net et surtout de musique en libre diffusion.

10. Les sélections de Ziklibrenbib pointent vers les albums et des titres proposés en ligne. Quelle visibilité donnez-vous à ces ressources dans les murs de vos bibliothèques et dans les bacs de vos collections ?

Une sélection d’albums issus de Ziklibrenbib ainsi que les compilations Ziklibrenbib sont régulièrement gravé sur CD-r et mis en prêt (comme nous le permettent les licences). Ces CD-r sont rassemblés dans un bac dédié. Des fascicules reprenant l’ensemble des chroniques trimestrielles sont mis à disposition du public.

11. De quelle manière participez-vous également à la promotion et à la reconnaissance des artistes ? 

A Pacé, nous allons accueillir notre premier concert (agrémenté d’une partie discussion) de musique en libre diffusion au mois de mars, avec l’excellent groupe toulousain Uniform Motion. Nous avons également proposé une élection de l’album musique libre 2011 l’an dernier.

A Argentan, nous avons organisé une table ronde sur la musique numérique en 2009 notamment avec TonyOheix, cofondateur du netlabel « Les Diks qui sautent ». L’élection de l’album de l’année Ziklibrenbib 2013 sera notre vraie première animation en lien avec la musique en libre diffusion.

12. Qui sont les publics visés ? Quels sont les retours ? Avez-vous remarqué si un ou plusieurs genres musicaux avaient davantage de succès ? Si la culture de la musique libre était plus développée sur certaines esthétiques musicales ?

Tous les publics sont visés. Pour le moment, un public modeste (350 visites par semaines environ) mais curieux suit ces sélections (notamment les compilations Ziklibrenbib). Il est d’autant plus difficile d’aller chercher un public traditionnel qu’un genre prédominant comme la chanson française est vraiment sous-représenté. Initialement on trouvait essentiellement de l’electro en musique en libre diffusion (le mouvement est parti de cette communauté et notamment des netlabels) mais depuis l’émergence de plate-formes d’auto-distribution comme Bandcamp on peut dénicher d’excellents albums folk, pop, pop-rock, plus facilement abordables que les genres proposés d’ordinaire par les netlabels, plus pointus. On dénombre moins d’albums de jazz / soul et très peu de musique classique. Quant à savoir quels genres ont le plus de succès…

13. Y-a-t-il eu des freins à la mise en place de ce projet (techniques, administratifs, juridiques,…) ?

Il est important de souligner le soutien de nos responsables et collectivités respectives, sans lesquelles nous ne pouvions nous lancer dans l’aventure. Nous pensions en effet qu’il était nécessaire que Ziklibrenbib ne soit pas seulement porté par des individus mais également par des structures, étant donné l’objectif du projet. L’idée des licences Creative Commons est de justement permettre ce genre de diffusion. A la différence d’autres projets de blogs musicaux, nous n’avons donc eu aucun frein juridique, bien au contraire ! En ce qui concerne la technique, nous avons géré par nous-même sachant que ça demande un peu de temps. La recherche et la sélection de musique en libre diffusion est également assez chronophage, mais on s’y retrouve parce qu’on aime chercher et découvrir.

14. Ziklibrenbib est-il présent sur les réseaux et les médias sociaux. Si, oui, pourquoi et comment ?

Nous diffusons les mini chroniques et l’actualité du site grâce à notre compte Twitter. Un compte Soundcloud nous permet de faire une playlist des 25 dernières sélections musicales du blog (avec un player intégrable sur n’importe quel site). La plate-forme Bandcamp nous permet de diffuser (en téléchargement libre et gratuit) les compilations bi-mensuelles Ziklibrenbib. Un compte Youtube nous permet de compiler les clips et prestations live des artistes sélectionnés par le blog (une playlist bimensuelle). Quant à Flickr, le compte existe pour centraliser les images « maison » en lien avec le projet.

Nous ne sommes pas sur Facebook par contre, faute de temps pour gérer convenablement une telle page.

15. Avez-vous des projets pour développer ou faire évoluer Ziklibrenbib ?

Toujours ! Cependant il faut bien être conscient de nos limites actuelles en terme d’investissements personnels et ne pas s’engager dans des chantiers que l’on ne pourra pas mener à bien. Comme on le dit régulièrement dans le domaine sportif, le plus difficile est de souvent de confirmer. L’effet « nouveauté » est désormais passé, il nous faut donc stabiliser le projet (et notamment le rythme de publication de chroniques) et commencer à apprendre tous ensemble de nos expériences diverses pour aller de l’avant.

Sinon, la prochaine nouveauté ça va être « L’élection de l’album de l’année Ziklibrenbib 2013 », un vote du public qui se déroulera sur le site internet et dans les bibliothèques qui voudront participer du 18 février au 1 juin !

16. Quels sont vos goûts musicaux ? Quels disques écoutez-vous actuellement ?

Antoine : Je suis plutôt branché instruments acoustiques et voix, et donc principalement pop / folk / jazz … même si j’aime bien quelques guitares saturées ou funky de temps à autre ainsi que les sonorités électro. Pour avoir un aperçu de mes goûts le mieux est encore d’aller consulter mes chroniques sur Ziklibrenbib ;-)

Quant à la 2ème question, cela change quasiment chaque semaine ! Et c’est uniquement de la musique en libre diffusion…

Vincent : J’ai une certaine prédilection pour tous les trucs en post (post hardcore, post metal, post rock…) et l’electronica mais pas seulement. Actuellement, j’écoute beaucoup An awesome wave de Alt-J (un disque dont on a jamais fait le tour), Eighty one de Yppah, en libre diffusion Amarat de Daizy et Let them eat the cake de Scar Face et sinon un groupe jamais bien loin de ma platine : les excellents Pinback !

17. Etablissements et collègues participants à Ziklibrenbib : 

  • Médiathèque de la CDC du Pays d’Argentan (61) : Laurence, George et Vincent
  • Médiathèque de Pacé (35) : Dominique et Antoine
  • Médiathèque d’Oullins (69) : Stéphanie
  • BDP dela Gironde(33) : Benoît et Philippe
  • Bibliothèque de Parthenay de Bretagne (35) : Adeline
  • Médiathèque de Gradignan (33) : Mathieu (précédemment), François et Sylvette
  • Médiathèque de Rillieux-la-Pape (69) : Fabien
  • Médiathèques dela CDCde Charenton/Saint-Maurice (94) : Benjamin
  • Médiathèques de Clermont Communauté (63) : Thibaud
  • Médiathèque de Toul (54) : Nicolas

18. Quelques-uns de vos sites et blogs favoris.

http://www.acim.asso.fr/ziklibrenbib/

1 Commentaire

  1. Spectacle musical enfant dit :

    Une merveilleuse initiative ! Surtout à l’heure où la musique libre peine à trouver de la visibilité en ligne même sur des sites comme Jamendo qui cherchent à se monétiser (ce qui est naturel mais pas à l’avantage des auteurs). Je me faisais cette réflexion sur les artistes qui n’auraient jamais été découverts sans internet : il y a 3 ans personne ne parlait de Woodkid ou de l’acteur Cumberbatch, maintenant ce sont des célébrités parce que même dans ma petite ville tout le monde s’est refilé les liens vers les vidéos et musique de Woodkid (qui enchaîne les concerts aujourd’hui) ou vers la série de la BBC Sherlock Holmes. Je sais qu’il ne s’agit pas d’artistes proposant des contenus libres de droits mais c’est pour dire qu’en donnant du contenu aux internautes, ils ont le pouvoir de le faire émerger ! :)

    Répondre

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress

Manifeste : La Musique a tout sa place en bibliothèque.

La musique est un langage universel propre à attirer et à fédérer tous les citoyens, indépendamment de leurs origines et de leurs catégories socioprofessionnelles. Si l'écoute et la pratique musicale ne cessent de se développer dans le monde, en revanche la culture musicale est trop souvent négligée au niveau institutionnel en France, excepté dans de rares circuits, et n'a jamais été prise en compte par des acteurs économiques davantage préoccupés par la rentabilité de leurs investissements que par la diversité musicale.

Lire la suite du Manifeste

Manifeste : La Musique a tout sa place en bibliothèque.

La musique est un langage universel propre à attirer et à fédérer tous les citoyens, indépendamment de leurs origines et de leurs catégories socioprofessionnelles. Si l'écoute et la pratique musicale ne cessent de se développer dans le monde, en revanche la culture musicale est trop souvent négligée au niveau institutionnel en France, excepté dans de rares circuits, et n'a jamais été prise en compte par des acteurs économiques davantage préoccupés par la rentabilité de leurs investissements que par la diversité musicale.

Lire la suite du Manifeste
 cellpartscentral.com . seo services uk . build a bike