dimanche 11 déc. 2016

Assemblée générale 2012 de l’ACIM

Compte-rendu de l’assemblée générale de l’ACIM du lundi 19 mars 2012 à Montreuil, dans le cadre des Rencontres Nationales des Bibliothécaires Musicaux.

Le secrétaire Jonathan Garry et le trésorier Florian Daché ne sont pas présents, pour des raisons personnelles. C’est donc Bruno Neveux, trésorier de secours qui va présenter le bilan financier et Nicolas Blondeau qui réalise le compte rendu de l’AG à la place du secrétaire.

Bilan moral par Xavier Galaup
Quelles sont les actions effectuées au nom de l’ACIM depuis la dernière AG.
L’action principale a été l’organisation des rencontres à Auxerre en 2011. L’édition d’Auxerre a été un très bon cru tant en terme de participation qu’en terme de contenu. 150 à 160 personnes étaient présentes. Le thème : la bibliothèque : carrefour de la vie musicale a été apprécié. Un bilan a été réalisé à partir d’un questionnaire en ligne. Nous remercions les personnes qui ont participé à ce questionnaire. La deuxième action fut la préparation de ces rencontres 2012. Le lieu a été choisi, comme à Grenoble en 2005, en combinaison avec l’ABF qui organise également son congrès cette année à Montreuil. Mais il s’est avéré compliqué d’organiser les rencontres nationales en même temps que le congrès, nous avons donc décidé de dissocier les dates.

Nous avons mis en ligne sur le site de l’ACIM le manifeste « la musique a toute sa place en bibliothèque » ( http://www.acim.asso.fr/2011/06/la-musique-a-toute-sa-place-en-bibliotheque/ ) qui avait été discuté à Auxerre et dont le CA avait finalisé la rédaction. N’hésitez pas à nous faire des retours par mail pour nous dire si vous vous en servez, s’il faut le faire évoluer… Ce manifeste est là pour défendre la place de la musique en bibliothèque.
Dans les activités classiques, il y a eu la publication de trois bulletins électroniques dont Jean-Raphaël Rondreux s’est chargé de l’édition en rassemblant les articles et en assurant la mise en forme.

L’association a continué d’assurer sa présence en ligne via la liste Discothecaires (http://listes.ircam.fr/wws/info/discothecaires_fr ), les comptes sur Facebook (http://fr-fr.facebook.com/Acim.asso.fr ), Twitter (http://twitter.com/#!/acim_asso ), Scoopit ( http://www.scoop.it/t/musique-en-bibliotheque )…

Le site de l’ACIM ( http://www.acim.asso.fr/ ) a également migré sous WordPress afin de pouvoir améliorer la gestion dans un certain nombre tâches relatives à la vie de l’association : groupes régionaux, adhésions, etc. Le nouveau site sous WordPress a été réalisé par Jonathan Garry.

Dans les évolutions : le discoflux a disparu au profit d’une page Netvibes (http://www.netvibes.com/acim ). L’outil avait vieilli et n’était pas facile à mettre à jour.

Une relance concernant une réflexion sur refonte des PCDM encore en cours. Patrick Goczkowski ainsi que les participants à la liste PCDM 4 ont reçu des propositions. Une synthèse va être faite et sera diffusée via la liste discothécaires.

L’ACIM a participé en qualité de membre aux travaux de l’IABD (Interassociation Archives Bibliothèques Documentation) ( http://www.iabd.fr ). Les présidents d’associations qui sont membres de l’IABD sont consultés régulièrement. L’ACIM participe à la réflexion sur les prises de position des bibliothèques à propos du droit d’auteur, de la loi Hadopi à défendre auprès des élus. L’IABD est un outil de lobbying auprès des instances de décision (élus et responsables d’administration) qui est très important. Pascal Wagner, président de l’ABF et Dominique Lahary (vice-président) étaient hier au salon du livre pour rencontrer des élus et ont participé à un repas avec l’entourage de François Hollande. Tous les rouages sont donc sollicités pour défendre et faire entendre la position des bibliothèques vis à vis de projets de loi qui seraient en cours de discussion.

Bilan financier présenté par Bruno Neveux

Xavier Galaup : La gestion en bon père de famille nous permet d’avoir budget excédentaire.

On observe une baisse des adhésions entre 2010 et 2011 de l’ordre de 30 % : on est passé de 60 adhésions individuelles à 45. Et de 109 adhésions collectivités à 84.ça n’est jamais facile de faire adhérer une collectivité mais c’est un point important : on rappelle l’importance de l’adhésion individuelle et collectivité pour l’association, notamment pour des demandes de subvention.

Le quitus est donné au trésorier. Remerciements à Florian Daché et à Jonathan Garry qui ont travaillé à distance malgré leur impossibilité d’être présent aujourd’hui à cette AG.

Le rapport d’orientation

Ce rapport va se déroulé en 2 temps.
La parole sera donnée en début à l’ensemble des coopérateurs et des groupes régionaux pour qu’ils présentent à la fois le bilan de leurs activités et leurs objectifs de cette année.

Xavier Galaup propose également au public présent d’intervenir pour rendre compte des projets de coopération menés actuellement à travers la France.

Pascal Cordereix représentant l’AFAS

L’Association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels a pour vocation de fédérer de rassembler les différents acteurs qui se posent des questions en termes d’archivage, pérennisation et patrimonialisation de documents sonores et audiovisuels dans une approche la plus large possible, notamment depuis une quinzaine d’années autour des problématiques et des enjeux liés au numérique.
Depuis sa création en 1979, l’AFAS publie un bulletin, à raison de 2 ou 3 bulletins par an. Plus des publications hors série comme « Le guide d’analyse du son inédit », « La discographie de musique antillaise » et d’autres.
L’actualité de l’AFAS, c’est la mise en ligne progressive de cet ensemble de publications sur le site Revues.org. Ce travail est bien avancé. L’accès est gratuit sauf pour le dernier numéro.

2ème point d’actualité : la prochaine journée d’étude le 21 juin à l’EHESS qui aura pour thème le passage de la collecte en ethnomusicologie à l’édition commerciale. Nous avons sollicité les grands acteurs de ce registre éditorial. Laurent Aubert des Archives Internationales de musiques populaires (Genève) connu sous le label VDE Gallo, Charles Duval fondateur d’OCORA dans les années 60. Jean Lambert autour du projet de réédition du congrès du Caire de 1932 avec la BNF. Marc Benaïche de Mondomix Je vous invite à cette journée d’étude le 21 juin.

Corinne Brun représentant l’AIBM-groupe français

Une nouvelle version du site de l’association va bientôt être mis en ligne (fin avril).
Journée de professionnels organisée le lundi 16 avril : avec une après-midi consacrée à l’étude des publics, leur évolution, avec des exemples d’offres nouvelles soit déjà mises en place, soit en devenir dans certaines médiathèques.
L’AG de l’AIBM est programmée le 14 mai à la BNF, juste après le salon de la musique qui aura lieu à la Bourse. Lors de cette AG il y a la réélection d’une partie du conseil et cette année il y a deux places à prendre.
Le congrès international a lieu cette année à Montréal fin juillet : cette année l’AIBM a initié une bourse pour aider des bibliothécaires musicaux à pouvoir y participer. Un formulaire va être mis en place sur le site. Le courrier envoyé au site de l’AIBM est envoyé directement à Corinne Brun qui est disponible pour répondre aux éventuelles questions en rapport à l’association.

Christian Massault, représentant VDL

Nous avions prévu de vous présenter notre 2ème blog sur les ressources musicales locales ce qui ne sera pas possible en l’absence de wi-fi.

Ceux qui participeront à l’atelier « Mutualiser les collections » auront une présentation d’Amply.fr (http://www.amply.fr ) par Catherine Lanoë qui expliquera notre démarche.

VDL fonctionne bien et possède un taux d’adhésion qui n’est pas inquiétant : on observe une progression constante chaque année, en particulier concernant les adhésions collectivités qui avoisinent la cinquantaine pour Rhône-Alpes. Ce qui nous permet de continuer de proposer des prestations comme les journées d’étude dont l’accès est gratuit. Le rythme des réunions VDL est trimestriel, ces réunions sont appelées assemblées générales. Ces 4 AG sont organisées sur l’année selon un principe nomade de façon à couvrir l’ensemble du territoire et faire en sorte que les collègues qui ont plus de mal à se déplacer puisse au moins tout les 3 ans assister à une AG organisée chez eux ou à proximité. D’une demi-journée, ces réunions se déroulent désormais sur une journée entière et ont également le statut de formation. C’est parfois plus facile d’obtenir une autorisation de déplacement pour une journée de formation gratuite que pour une simple réunion associative.

En juin dernier à Oullins dans le Rhône a été organisé une réunion avec les collègues d’Auvergne, suite à une invitation du Transfo (agence de coopération d’Auvergne) regroupant 4 départements et qui au sein de ses multiples activités anime un groupe de discothécaires et de bibliothécaires musicaux. Nous avons fait aussi une présentation du RDA avec un collègue de la BNF. Le RDA est à présent en phase pré-opérationnel. Les fournisseurs de SIGB commencent à être solliciter pour intégrer ce nouveau format de catalogage international.

En septembre, la réunion s’est déroulée à La Ricamarie dans la Loire, l’ordre du jour portait sur le projet de blog scène locale (Amply.fr) et sur le projet de reprendre des formations, face à la désertification progressive du paysage de la formation spécialisation musique dans les bibliothèques. Nous avons décidé de nous prendre en main considérant que nous disposions d’une association vivante avec de la trésorerie, nous allons organiser des formations à la carte et à la demande. Nous avons fait une enquête et nous avons maintenant une liste de sujets dont on sait qu’ils intéressent les collègues . Nous allons à présent mettre en œuvre ces formations dans le courant de cette année.

Ensuite la Drôme avec Valence et Romans, deux collectivités où là les thématiques étaient autour des espaces musique et des enjeux de l’intercommunalité, ainsi que les projets numériques en réseau (les bornes, etc.). .
Prochaine réunion prévue, à Vienne, le 5 avril, un nouvel établissement avec un des points en lien avec la problématique d’aujourd’hui : la mutualisation : un Conservatoire de musique et une médiathèque dans un même lieu. Tout est à construire à part le bâtiment qui a été inauguré. Autre partenariat possible : celui avec un festival, puisque Jazz à Vienne viendra présenter sa programmation mais aussi discuter avec nous des conditions dans lesquelles les médiathèques du réseau pourraient être considérer comme des partenaires.

Voilà pour l’activité régulière. Nous avons aussi une activité plus exceptionnelle qui consiste à organiser tous les deux ans un voyage d’étude , et en alternance tous les deux ans une journée d’étude. En 2011, le voyage d’étude a été réalisé à Barcelone. Un voyage très intéressant qui fut l’occasion d’échanges enrichissants avec nos collègues bibliothécaires catalans. Le prochain voyage d’étude en 2013 devrait avoir comme destination : l’Italie (Milan) ou la Suisse (un tour du lac de Genève à Montreux, autour des festivals).

La prochaine journée d’étude aura lieu cette année à Vienne au Trente autour de la même thématique de la mutualisation e de la décliner à l’échelle de nos activités régionales et locales.

Le blog VDL (http://vdlblog.wordpress.com ) continue sa vie qui donne des informations sur les activités des uns et des autres. Le blog Amply.fr qui couvre la scène de l’agglomération lyonnaise est le premier d’une série. Le projet est que d’ici 2 ans chaque agglomération de Rhône-Alpes se dote d’un blog qui permette d’identifier aussi bien pour les professionnels que pour le public, l’activité, la vivacité de la scène locale. Un sur la Loire autour de Saint-Etienne, un autre à imaginer avec les collègues de Grenoble qui ont déjà fait un gros boulot (BMOL), et la même chose du côté d’Annecy, de Chambéry, jusqu’à la Suisse, la Drôme, l’Ardèche, etc. La scène locale est vivace, active et très volatile, et le blog est un outil mieux adapté à la valorisation de cette activité que le fait d’alimenter des bases de données.

Je terminerai sur les échanges inter-régions, puisque la première rencontre avec l’Auvergne, a donné envie de poursuivre. On va essayer une fois par an de faire des échanges. Une réunion a eu lieu à Issoire sur le thème du partenariat entre différentes structures, organismes (salles de spectacles, producteurs discographiques, etc.) autour des pépinières d’entreprises. Celle d’Issoire s’appelle la Grappe d’entreprises. C’est un lien entre le thème de l’an dernier : la médiathèque comme un hub de la vie musicale, et comment mutualiser la formation.

Xavier Galaup : On voit se multiplier les blogs autour de la scène locale. Pourquoi ne pas envisager un méta-blog avec l’ACIM qui puisse donner une visibilité nationale à tous ces blogs.

Pierre Rebuffet représentant le groupe des bibliothécaires musicaux de Midi-Pyrénées (BMMP)

Le réseau des BMMP s’est constitué voici 7 ans maintenant en 2005. C’est un réseau d’une quarantaine d’établissements : BM et BDP (dont 6 BDP), plus un Conservatoire de région et deux associations : le Conservatoire Occitan, et les Musicophages. Ce réseau s’appuie sur une logistique assurée en partie par le CRL Midi-Pyrénées qui permet de pérenniser notre travail. Le CRL envoie par exemple des convocations pour nos réunions.

Nous organisons 3 réunions par an. Ces réunions permettent de cimenter notre réseau et nos relations. Elles sont bien sûr complétées par plusieurs outils web : un site (http://bmmp31.acim.asso.fr )au départ conçu pour être un Wiki qui a été transformé en 2011 en un site plus esthétique et qui est un silo d’informations. . nous stockons sur ce site tous nos travaux. En plus de ce site nous avons une liste de diffusion qui nous permet la transmission rapide d’informations. Il y a aujourd’hui 80 membres abonnés à la liste. Nous avons aussi développé cette année une page Facebook (http://fr-fr.facebook.com/bibmusmp ) et un compte Twitter (@bmmp31) de façon à être présent aussi sur les réseaux sociaux.

Nous avons dès la création de notre groupe réalisé un travail important dans le domaine de la formation. Nous avons intégré un comité de pilotage des formations en bibliothèque qui existe en Midi-Pyrénées et qui est basé sur une convention tri-partite entre la DRAC, le CNFPT et l’Université avec le département Archives et médiathèques. Ce comité de pilotage détermine les actions de formation pour les années à venir. Depuis que nous participons à ce comité depuis 2006, nous avons réalisé 5 formations spécifiquement musique. Ces formations correspondent aux demandes, car nous interrogeons préalablement les collègues via la liste de diffusion ou avec d’autres outils du Web 2.0. Le groupe des bibliothécaires musicaux de Midi-Pyrénées n’est pas une association, et n’a donc aucune existence juridique. Le groupe étant réuni sous l’égide du CRL. Ce fonctionnement permet à l’ACIM d’avoir des assises locales et des initiatives locales. Nous avons mis sur pied une trame pour créer une charte des collections. (consultable sur le site).

Nous avons fait un gros travail sur l’animation qui a débouché sur la création d’une base recensant les animations portées à notre connaissance qui est proposé sur le site de l’ACIM (http://www.acim.asso.fr/category/dossiers-thematiques/animations ). A ce jour, nous regrettons que ce travail n’aie pas eu davantage d’impact. Au niveau national, la base n’a pas énormément bougé. En pratique il s’agit d’un outil simple à utiliser : Un formulaire google doc à remplir permet d’alimenter la base de données qui se présente sous la forme d’un tableau Excel en accès lecture.

Nous avons créé aussi une carte des établissements qui prêtent des partitions sur le territoire national. Il s’agit d’une google map facilement consultable. (http://www.acim.asso.fr/category/dossiers-thematiques/collections/partitions ) L’idée est également d’être visible sur le web.

Après 7 ans d’activité le groupe BMMP est en train d’impliquer davantage de gens. Ce type de structure repose sur l’énergie d’un ou deux individus il y a un risque d’essoufflement. Nous somme en train de distribuer les rôles, de travailler sur des idées de commissions de manière à redynamiser l’activité du groupe. Notre principal projet pour les deux ans à venir est de pénétrer le réseau musical régional.

Bruno Neveux, représentant le groupe des Thécaires de l’Est (Alsace)

Nous avons proposé l’an dernier dans les différentes bibliothèques du département du Haut-Rhin, en collaboration avec des collègues du Bas-Rhin (notamment de Strasbourg) une tournée d’un groupe qui a joué pendant deux semaines dans 6 bibliothèques différentes. Le concert le soir était précédé l’après-midi d’une présentation d’instruments dans le cadre d’ateliers. Pour des raisons budgétaires, ‘opération n’a pas été reconduite cette année. En revanche nous avons ouvert un blog (http://www.acim.asso.fr/Est ) où seront mises en ligne un fichier ressources. Pour identifier également chaque bibliothèque participante, au niveau de la jauge de spectateurs, pour accueillir des groupes, faire des photos des différents lieux, pour indiquer la sono, le matériel disponible. Nous allons aussi faire des fiches types d’animations lorsque l’on accueille les classes pour des sessions de découverte musicale. Les animations organisées notamment par la Médiathèque départementale du Haut-Rhin sont relayées par la réalisation de radios thématiques disponibles sur la plateforme MusicMe. Ces programmes seront également signalées sur notre blog.

L’information relative aux concerts, aux groupes qui tournent ou aux offres de conférences est diffusée également sur Disco-Rhin, une liste de diffusion qui regroupe environ 35 collègues discothécaires.

Nicolas Blondeau présente le groupe des bibliothécaires musicaux de Franche-Comté

Ce groupe existe depuis 6 ans, les membres se rencontrent une ou deux fois par an sous l’égide de l’agence de coopération Accolad (http://www.livre-franchecomte.com ) avec laquelle nous avons organisé des journées d’étude. Nous avons en projet à la rentrée de septembre 2012, une journée d’étude portant sur les appareils mobiles : tablettes, Ipad, Ipod, liseuses.

Nous avons initié il y a 6 ans un fichier intitulé « Le répertoire des Acteurs de la musique en Franche-Comté » (http://acim.asso.fr/spip.php?article165 + de 27 000 visites). Ce répertoire a besoin d’être remis à jour et peut-être de changer de forme, d’être plus attractif. Nous allons réfléchir à cela prochainement. Le groupe incluse les 4 BDP de Franche-Comté et également les bibliothèques municipales dotées de secteur musique de la région.

Nicolas Clément présente le groupe BIMUDAC (Bibliothécaires musicaux d’Aquitaine)

Notre groupe régional associé de l’ACIM existe depuis 2009. Ce groupe n’a pas d’existence juridique mais l’idée a été de sortir d’une certaine forme d’isolement dans nos pratiques et également dans la connaissance que l’on peut avoir chacun de se que l’on fait dans nos bibliothèques. L’idée a été de se fédérer un groupe de discothécaires, au départ sous l’égide de l’ECLA (Agence régionale du livre d’Aquitaine). Petit à petit nous avons souhaité faire émerger des projets au delà de la diffusion de l’information, arriver à créer des réunions qui apportent chaque fois quelque chose de nouveau.

Nous essayons de nous réunir chaque fois dans une bibliothèque ou une médiathèque différente afin de mieux nous connaître. On se rend compte que l’on coexistait sans vraiment connaître les lieux dans lesquels chacun travaille. Nous organisons également des visites de structures et d’opérateurs culturels. Le groupe a aujourd’hui une existence essentiellement sur le département de la Gironde. Nous allons travailler à l’ouvrir à l’ensemble de la région Aquitaine. En Gironde la vie musicale est assez intense. On compte beaucoup d’associations et de diffuseurs culturels. Nous avons visité un nouveau lieu qui s’appelle Le Rocher de Palmer qui concrétise le travail de près de trente ans d’une association « Musiques de nuit ». Nous avons visité les coulisses de ce lieu qui est à la fois un lieu d’exposition et un lieu ressource de documentation musicale.

Lors de nos réunions qui se déroulent en général sur des demi-journées, nous organisons également des rencontres avec des acteurs musicaux et des associations et institutions musicales comme l’IDDAC (agence départementale). L ‘an dernier nous avons mis en place un blog (http://www.bimudaq.acim.asso.fr ) et une liste de diffusion (50 abonnés).

L’objectif du groupe BIMUDAC était de faire sortir rapidement des actions concrètes : nous avons travaillé l’an dernier sur la mise en place du GirondeMusicBox (http://www.girondemusicbox.fr )inspiré de l’eMusicBox (http://www.lemusicbox.bm-limoges.fr ) de Limoges. Je présenterai demain le GirondeMusicBox avec Sylvette Peignon lors des Poste Sessions. L’idée est de faire un répertoire numérique sélectif des acteurs (éditeurs, musiciens, opérateurs) de la vie musicale en Gironde pour l’instant. L’idée est que les autres départements puissent copier le site. L’outil est facilement reproductible. L’objectif du groupe BIMUDAC est de se développé au niveau régional et de faire émerger des projets numériques.
.
Xavier Galaup reprend la parole pour annoncer que les prochaines rencontres nationales des bibliothécaires musicaux 2013 seront justement accueilli par le groupe des Bibliothécaires musicaux d’Aquitaine entre Bordeaux et Gradignan.

Xavier Galaup demande si des personnes de l’assistance souhaitent prendre la parole pour présenter d’autres expériences de coopération locale et rappelle les grandes orientations de l’ACIM :

  • la révision des PCDM
  • la nouvelle édition de Musique en bibliothèque (Cercle de la Librairie) est sur les rails. Le livre devrait sortir en 2012.
  • La mise en place une enquête nationale statistique (pour compenser l’absence de données récentes émanant du Ministère de la Culture). L’idée serait de faire une enquête pour dépasser les simples impressions et ressentis sur la baisse des prêts. Essayer de voir sur 5 ans une tendance comparative avec d’autres fonds en lien avec budgets. Il faudra bien réfléchir aux questions que l’on va poser. Les chiffres et les constatations permettraient ensuite de peser à différents échelons (Ministère, élus, responsables administratifs) pour argumenter un certain nombre de d’affirmations arbitraires « La musique n’a pas d’avenir, etc. ». Même si les données seront vérifiées, l’enquête ne sera pas nominative, afin d’éviter de poser des difficultés au niveau local.

Pierre Rebuffet fait remarqué que les données livrées par nos SIGB ne font état que des prêts et qu’il serait urgent de faire état également d’autres paramètres comme la fréquentation ou les animations.

Xavier Galaup précise que l’idée est de mettre en perspective l’évolution du fonds musical avec les autres secteurs. Si les prêts de musique baissent et que les prêts de l’ensemble de la bibliothèque baissent également cela permet de relativiser cette tendance.

Xavier Galaup rappelle également que l’ACIM est tout à fait ouverte à la création de nouveaux groupes régionaux. Les conditions d’accès sont assez souples. Il est nécessaire qu’un ou deux représentants intègrent le Conseil d’Administration pour représenter le groupe. Il ne faut pas hésiter à demander à l’ACIM un soutien dans cette démarche de coopération professionnelle. Une liste de diffusion s’est créée en Bretagne récemment avec le support de l’ACIM.

Cette année est la dernière année du mandat du CA actuel, l’année prochaine il faudra élire un nouveau conseil d’administration. Xavier Galaup ne renouvellera pas son mandat de président. On demande donc un nouveau président pour l’ACIM en 2013.

Xavier Galaup déclare que ces Rencontres Nationales sont dédiées à la mémoire de Pascale Sanz, Bibliothécaire musicale à la Ville de Paris, décédée cette année, et qui s’est beaucoup investie pour l’association et pour la profession.

Fin de l’Assemblée générale.

1 Commentaire

  1. Paul DEPEYERRE dit :

    Bonjour,
    Je trouve votre association très utile et je vous encourage vivement à continuer!

    Répondre

Laisser un commentaire

CAPTCHA - Répondez à la question suivante : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Propulsé par WordPress