dimanche 11 déc. 2016

La revue musicale Audimat

Audimat

Audimat est une revue musicale annuelle éditée en format poche qui parcours le spectre des musiques populaires (du rock à la world music, en passant par le hip-hop ou l’électro) à travers son histoire, son évolution et sa réception. Sur une dizaine d’articles et sous la plume de journalistes, d’artistes ou de chercheurs français ou internationaux, l’approche se veut sociologique et esthétique ; Audimat aborde la critique rock avec un regard proche des cultural studies.

La revue connaît sa première parution en 2012 à l’occasion des 10 ans du festival Les Siestes Electroniques qui en est l’éditeur. Le succès du premier tirage (à 400 exemplaires, destiné essentiellement au public présent sur le festival) permet d’envisager la publication officielle du premier numéro d’Audimat en 2013. D’un format plus long (comprenant une nouvelle de Tristan Garcia) la revue est distribuée en librairies et touche un public plus large ; les quelques 800 exemplaires sont aujourd’hui écoulés. Le second numéro sera disponible dès cet été et bénéficiera d’une diffusion en librairies, centres de ressources ainsi qu’en bibliothèques.

En voici le sommaire :

. Mark Fisher, auteur et conférencier britannique (Capitalism Realism, aux éditions Zero Books), se penche sur le « spleen de l’argent » et les accents nihilistes qui animent aujourd’hui une partie du RNB à succès, à partir du cas de Drake.
. Gérôme Guibert, sociologue et rédacteur en chef de la revue Volume, retrouve les campagnes de communication déployées autour du compact-disc à la fin des années 1980, quand le SNEP et les équipementiers comme Sony s’accordaient pour faire vite disparaître le vinyle des rayonnages, au profit d’un nouveau symbole « de la technologie exigeante et de la communication speedée ».
. On parle souvent de la dimension fabriquée de la pop mainstream, mais qu’est-ce qui se joue vraiment derrière les portes capitonnées des grands studios new-yorkais ? En retraçant le processus de travail du duo norvégien Stargate et de l’auteur-interprète Ester Dean pour aboutir à certains des plus grands tubes de Rihanna, John Seabrook, journaliste au New Yorker, fait apparaître le détail d’une singulière division du travail.
. Pour Julien Morel, rédacteur en chef de Vice France, il y a eu un avant et après Ruff Ryders. Qu’est-ce que les rap anthems du label des trois frères Dean pouvait représenter pour un jeune-blanc bec français ? Rien de moins qu’une introduction au Heavy Metal. Explications.
. Yann La Fougère, plasticien et collectionneur de dance music, analysera la courte mais significative histoire des malentendus entre la house music et ses théoriciens français.
. Olivier Lamm, rédacteur en chef de The Drone, proposera une histoire subjective et érudite de la pop music à travers la caisse claire.
. En 1998, Simon Reynolds, critique musical et auteur entre autres de Retromania, décrivait dans Energy Flash le caractère urgent, avant-gardiste et presque scandaleux de dix ans d’association souterraine entre « techno » et « rave culture » aux Etats-Unis – il cherchera à savoir si l’explosion du courant « EDM » représente la suite de cette histoire.

 

Audimat se développe peu à peu afin d’élargir son champ d’intervention : le projet de critique de la revue compte également des débats organisés à la Gaîté Lyrique et bénéficie d’un partenariat avec Dailymotion ; on retrouve sur cette chaîne vidéo les débats rediffusés ainsi qu’une émission TV de chronique d’albums.

Plus d’informations sur le site d’Audimat : http://revue-audimat.fr/

Contacts : info@les-siestes-electroniques.com
Tél. : 06 14 24 01 47

Présentation de la revue Audimat Article de présentation de la revue Audimat

Trackbacks de cet article

  1. La revue musicale Audimat (ACIM) | La Musique e...

Laisser un commentaire

CAPTCHA - Répondez à la question suivante : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Propulsé par WordPress