dimanche 23 avril 2017

Quand la musique s’expose : les dispositifs de médiation du patrimoine musical – retour sur la table ronde des #rnbm2017

Table ronde « Quand la musique s’expose : les dispositifs de médiation du patrimoine musical » – Mardi 14 mars 2017, à Nice, dans le cadre des Rencontres Nationales des Bibliothécaires Musicaux.
Avec la participation de Mathias Auclair, Directeur du département de la Musique, Bibliothèque Nationale de France, Patrick Hernebring, Responsable du fonds musical ancien à la Bibliothèque d’étude et du patrimoine de Toulouse, Marc Touché, Sociologue CNRS. Créateur des collections « musiques electroamplifiées » au MNATP Paris/MuCEM Marseille. Chargé de mission, conseiller scientifique au Mupop (Musée des musiques populaires de Montluçon)
Modération : Marc Crozet, directeur de la Médiathèque Musicale de Paris

(photo : Arsène Ott)

[ lien mp3]

Bibliothèque de Toulouse : 4 expériences de médiation autour de collections musicales patrimoniales, par Patrick Hernebring

Bibliothèque de Toulouse

***

Les expositions à la Bibliothèque-musée de l’Opéra, par Mathias Auclair
« Je suis le directeur du département de la Musique de la BNF depuis un an, après avoir été pendant une quinzaine d’années l’adjoint du directeur de la Bibliothèque-musée de l’Opéra et le commissaire d’une quinzaine d’expositions sur des sujets le plus souvent en lien avec la Musique, notamment Gounod en 2010, Massenet en 2012, Verdi-Wagner en 2013 et Rameau en 2014. La dernière qui vient de s’achever, consacrée au peintre Léon Bakst, était sans doute l’une des moins musicales…
Présentation : Contexte institutionnel, technique, immobilier et financier. Une situation susceptible d’évolutions à l’avenir, notamment à la faveur du projet Richelieu
Le bilan d’une quinzaine d’expositions à la BMO : Des expositions où la Musique n’est pas traitée pour elle-même mais comme un aspect de sujets plus vastes à caractère institutionnel et théâtral
Notre problématique :

  • ni faire entendre la musique, ni la « montrer » mais faire émerger / comprendre les processus créatifs (en lien avec ce qui est attendu du département)
  • Sortir de l’image d’Épinal du compositeur inspiré par je ne sais quel Saint-Esprit
  • Montrer de manière simple la complexité de la création théâtrale / lyrique et donc musicale qui fait dialoguer plusieurs acteurs (l’Etat, les institutions, les différents acteurs de la création, des personnes tierces aussi…)
  • Montrer aussi l’évolution de l’œuvre au cours du temps.

Notre façon de la mettre en œuvre : le traitement par facettes : faire appel à une grande variété documentaires (archives, partitions, dessins, maquettes, costumes, affiches, programmes, billet, photos…) et former visuellement et scénographiquement des ensembles documentaires cohérents qui par leur réunion disent quelque chose sur la création. »


BNF – Bibliothèque-musée de l’Opéra

***

Le MuPop par Marc Touché
De qui et de quoi nous parlent les expositions portant sur les musiques actuelles-amplifiées qui sont programmées et réalisées par des musées en France : star système, icônes rock ou de la chanson… en deux mots le monde des professionnels. Pourtant les pratiques amateurs constituent l’immense continent des pratiques musicales. L’évocation brève de 4 expositions construites à partir de travaux de « recherche-collectes » localisées permettra de discuter de l’émergence de ces musiques en France du point de vu des acteurs anonymes qui ont contribué à créer des scènes locales.
La présentation d’une acquisition d’une « unité écologique » (un local de répétition punk-rock) et de sa présentation au public dans le parcours permanent du Mupop à Montluçon est l’occasion de discuter de l’intérêt de se pencher sur les dimensions cachées de la création musicale éléctroamplifiée et de son insertion dans la vie quotidienne et urbaine ainsi que sur les modes de vie et sociabilités des musiciens et de leurs publics.
Depuis 1994 Marc Touché a été en mission scientifique :
– auprès du Musée des musiques populaires de Montluçon devenu en juin 2013 le Mupop,
– Auprès du Musée national des arts et traditions populaires de Paris devenu également en juin 2013 le MuCEM à Marseille.
Il était sociologue au CNRS :
– au CRIV à Vaucresson où commencèrent ses travaux sur les pratiques musicales (dont l’enquête sur le Local de répétition dont il va être question),
– au Centre d’ethnologie française situé dans le MNATP,
– puis au Laboratoire Georges Friedman/IDHES, Sorbonne-Paris1.
Ses travaux de recherche de terrain inscrit dans la durée ont porté essentiellement sur la socio-histoire du skateboard et celle des « musiques électroamplifiées » vus d’en France ainsi que sur la question de la gestion des risques auditifs dans les pratiques musicales amplifiées.
Dans ces Musées il a crée des collections pionnières et des expositions itinérantes ou non à partir des travaux de recherche.

Marc Touché a terminé sa carrière au CNRS en tant que:
– commissaire général et scientifique de l’exposition « Béton Hurlant » au Musée national du sport à Paris. Musée délocalisé aujourd’hui à Nice.
– conseiller scientifique pour la création du parcours « musiques électroamplifié » du Mupop.
– Membre du comité scientifique de l’association Agi-son sur les questions de prévention sur les risques auditifs lié aux pratiques des « musiques électroamplifiées »
A la retraite il poursuit en bénévole ses participation au Mupop et à Agi-son.

Articles :
Marc Touché, « Plus de bruits au musée », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 158 | 2015
Touché Marc, « Muséographier les « musiques électro-amplifiées ». Pour une socio-histoire du sonore », Réseaux, 2/2007 (n° 141-142), p. 97-141. [en ligne]

Trackbacks de cet article

  1. Quand la musique s’expose : les dispositifs de médiation du patrimoine musical – Le journal de veille de la DR

Laisser un commentaire

CAPTCHA - Répondez à la question suivante : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Propulsé par WordPress