Friday 13 Dec 2019

Albums 2018 plébiscités par les bibliothécaires musicaux

Vainqueur: Nils Frahm – « All melody »

1er : (cité 6 fois) :
Nils Frahm – « All melody »

deuxièmes ex aequo (cités 4 fois) :
Cat Power – « Wanderer »
Mélissa Laveaux – « Radyo siwèl »
Parquet court – « Wide Awaaaake ! »
Low – « Double Negative »

troisièmes ex aequo (cités 3 fois) :
Courtney Barnett – « Tell me how you really feel »
Dominique A – « La fragilité »
Anna Calvi – « Hunter »
Léonie Pernet – « Crave »
Sons of Kemet – « Your Queen is a reptile »
Denez Prigent – « Mil Hent
Theo Lawrence & the Hearts – « Homemade Lemonade »
Car Seat Headrest – « Twin fantasy »
Inspector Cluzo – « We The People Of The Soil »

(décompte réalisé le 16/02 à partir d’une recherche plein texte sur les messages adressés à la liste Discothécaires)

Nicolas Blondeau, Médiathèques du Grand Dole


Jérémie Trinh Dinh, Médiathèque départementale de l’Essonne


Vincent Carabeufs, Bibliothèque départementale de la Manche


Arsène Ott, Médiathèque André Malraux, Strasbourg


Stanislas Chapel, Bibliothèque Jacques Prévert, Cherbourg-en-Cotentin


Clément Gautier, Médiathèque de Bois-Colombes


Benoît Noël, Médiathèque La Clairière, Fougères


Cathy Ciandano, Médiathèque de Plérin


Dominique Auer, médiathèque de Pacé


Anne Urbain-Perroy, Médiathèque de Bayonne


Hervé Guilleminot, Conservatoire Jean-Baptiste Lully, Puteaux


Yann-Aél Léger, Florian Diou, Médiathèques de Vichy


Elisa Truche, Médiathèque Boris Vian, Louviers


Vincent Bouteloup et l’équipe de la section Image et Son, Médiathèque François Mitterrand, Argentan


Marie SEGUES, Médiathèque de Tournefeuille


Jean-Michel Audrain, Médiathèque la Méridienne, Rungis


Nicolas Dourlhes, Médiathèque, Les Ponts-de-Cé


Erwan Elicot, Bibliothèque d’Hérouville Saint-Clair


Fabien GESLIN, Bibliothèque de Caen – Maladrerie


Jean-Fred FIGUIN, Médiathèque du Sud Sauvage, Ville de Saint-Joseph, La Réunion


Top Jeunes proposé par Dominique Auer


Christine Charbonneau, Médiathèque de Saint Jean de Braye


Bruno Neveux, Médiathèque de Guebwiller


Laurent Boutigny, Médiathèque de l’Orangerie, Claye-Souilly


Séverine Cart, Médiathèque de Thonon


Gwenaëlle Quevilly, Médiathèque-Ludothèque Bernard-Ywanne, Réseau de lecture publique Grand Paris Sud Est Avenir


Anthony Roger, Médiathèque L’Odyssée, Saint-Aubin-lès-Elbeuf

***

************

Nicolas Blondeau, Médiathèques du Grand Dole
Voici ma sélection 2018 :
Part Time – Spell #6 (Burger Records)
Jorge Elbrecht – Here Lies (autoproduction)
Holy Wave – Adult Fear (The Reverberation Appreciation Society)
Wild Nothing – Indigo (Captured Tracks)
Mutual Benefit – Thunder Follows The Light (Transgressive Records)
The Lemon Twigs – Go To School (4AD)
Of Montreal ‎– White Is Relic / Irrealis Mood (Polyvinyl Record)
Laura Jean – Devotion (Chapter Music)
Still Corners – Slow Air
The Internet – Hive Mind (Columbia)
Ty Segall & White Fence – Joy
Unknown Mortal Orchestra – Sex & Food / IC-01 Hanoi (Jagjaguwar)
White Denim – Performance (City Slang)
Blood Orange – Negro Swan (Domino)
Frog Eyes – Violet Psalms (Paper Bag Records)
Madeline Kenney – Perfect Shapes (Carpark Records ‎)
Mitski – Be The Cowboy (Dead Oceans)
George Clanton – Slide (100% Electronica)
https://mediamus.blogspot.com/2018/12/le-top-de-la-pop-2018-en-99-albums-et.html

************

Jérémie TRINH DINH, Médiathèque départementale de l’Essonne
une partie de la musique qui a chatouillé mes oreilles en 2018
Car Seat Headrest – Twin factory (Matador)
Skee Mask – Compro (Ilian tape)
Avandale Bowling Club – Avandale Bowling Club (Autoproduit)
Makaya McCraven – Universal beings (International Anthem Recording Company)
Djrum – Portrait with firewood (R & S Records)
Noname – Room 25 (Autoproduit)
Nils Frahm – All melody (Erased Tapes)
DJ Healer – Nothing 2 loose (All Possible Worlds)
Low – Double negative (Sub Pop)
Yussef Dayes & Alfa Mist – Love is the message (Cashmere Thoughts)
Allysha Joy – Arcadie: raw (Gondwana Records)
Ivy Sole – Overground (Autoproduit)
Prime Minister of Doom – Mushadow propaganda (Planet Uterus)
Altin Gün – On (Les Disques Bongo Joe)
Yazmin Lacey – When the sun dips 90 degrees (First Word Records)
Our Girl – Stanger today (Cannibal Hymns)
Tim Hecker – Konoyo (Kranky, Sunblind Music)
Dominique Fils-Aimé – Nameless (Ensoul Records)
David August – D’Angelo (Pias)
Nicolas Jaar – Against all logic 2012-2017 (Other People)
Jean Grae & Quelle Chris – Everything’s fine (Mello Music Group)
Yüma – Poussière d’étoiles (Innacor)
Run Child Run – Vanishing point
We out here – Compilation (Brownswood)
DJ Khalab – Black Noise 2084 (On The Corner)
Hookworms – Microshift (Domino)
Mildlife – Phase (Research reocrds)
Rival Consoles – Persona (Erased Tapes)
Pumpkin & Vin’s Da Cuero – Astronaute (Mentalow)

https://zic2018.wordpress.com/

************

Vincent Carabeufs, Bibliothèque départementale de la Manche

Voici un top très féminin avec un très gros coup de cœur pour Lucy Dacus que je placerais en tête de mes disques préférés de 2018.

Cat Power – Wanderer (Domino)
Kali Uchis – Isolation ( Universal)
Let’s eat Grandma – I’m all ears (Transgressive)
Julia Holter – Aviary (Domino)
US Girls – In a poem unlimited (4AD)
Beach House – 7 (Bella Union)
Soccer Mommy – Clean (Fat Possum)
Molly Burch – First flower ( Captured tracks)
Idles – Brutalism (Partisan)
Anna Calvi – Hunter (Domino)
Courtney Barnett – Tell me how you really feel (Milk)
Lucy Dacus – Historian (Matador)
Spiritualized – And nothing hurt (Bella Union)
Parquet Courts – Wide awaaaaaake ! (Rough Trade)
RVG – A quality of mercy (Fat Possum)
Rolling Blackouts Coastal Fever : Hope downs (Sub pop)
Gruff Rhys : Babelsberg (Rough Trade)
Nils Frahm : All melody (Erased tapes)
Hot Snakes : Jericho sirens (Sub Pop)
Elvis Costello : Look now (Concord)
Marlon Williams – Make way for love ( Dead oceans)
Salad Boys – This is glue (Trouble in mind)
Jonathan Wilson – Rare Birds (Bella Union)
Sha La Das – Love in the wind (Dunham)
Marissa Nadler – For my crimes (Bella Union)

************

Arsène Ott, Médiathèque André Malraux, Strasbourg

Voici les nouveautés 2018 qui m’ont accompagné au moins un petit bout de chemin :
Charles Lloyd, & The Marvels, & Lucinda Williams – Vanished Gardens (Blue note)
James Holden- The Inheritors (Border Community)
Julia Holter – Aviary (Domino)
Marissa Nadler – For My Crimes (Sacred Bones)
Low – Double Negative (Sub Pop)
Ezra Furman – Transangelic Exodus (Bella Union)
The Saxophones – Songs of the Saxophones (Full Time Hobby)
Nils Frahm – All melody (Erased Tapes)
Broadway Lafayette – Subway Zydeco (Hound Gawd)
Jonathan Fitoussi – Espaces timbrés (Versatile)
Albert Hammond – Francis Trouble (Red Bull)
İlhan Erşahin- Solar plexus (Nublu)
Ty Segall & White Fence – Joy (Drag City)
Spiritualized – And nothing hurt (Bella Union)
Marie Dawidson – Working class woman (Ninja Tune)
Vincent Peirani – Living Being (Act Music)

************

Stanislas Chapel, Bibliothèque Jacques Prévert, Cherbourg-en-Cotentin

voici 14 disques de 2018 (hors rééditions) qui ont ronronné dans mes oreilles:

Dominique A. « La Fragilité » (Cinq 7)
Laurie Anderson & Kronos Quartet « Landfall » (Nonesuch)
A Place To Bury Strangers « Pinned » (Dead Oceans)
Beak> « >>> » (Temporary Residence)
The Breeders « All Nerve » (4ad)
Current 93 « The Light Is Leaving Us All » (The Spheres)
Dead Can Dance « Dyonisus » (Pias)
Dear Deer « Chew-chew » (Manic Depression/Swiss Dark Nights)
Exit North « Book Of Romance & Dust » (Exit North)
Geniuser « I Am » (Ahh Ohh Records)
Low « Double Negative » (Sub Pop)
Morthem Vlade Art « In The Blue Plains Of Paradise » (Infrastition)
Pest Modern « Pest Modern » (Meidosem Rds)
Phew « Voice Hardcore » (Mesh-Key)

************

Clément Gautier, Médiathèque de Bois-Colombes

Voici ma sélection hautement partiale et subjective des pépites de 2018 :
Ty Segall : Freedoom’s Goblin’
The Sha la das : love in the wind
Wladimir Anselme : l’esclandre
J. Cole : K.O.D
Caroline Rose : Loner
Courntey Barnett : Tell me how you really feel
Altïn Gun : On
Parquet court : Wide Awaaaake !
Car seat headrest : Twin fantasy
Ar-Kaïcs : In this time
Boy Azooga : One two Kung fu
Alexis HK : Comme un ours
Inuït : Action
Goat girl : Goat girl
Puts Marie : Catching bad temper
Fred Pallem : l’odysée

************

Benoît Noël, Médiathèque La Clairière, Fougères

voila mon top ten

Isaac Gracie : Isaac Gracie (pour les fans de Jeff Buckley)
Zaïba : Comédies (chanson française beatboxée)
Ady Suleiman : Memories (UK groove)
Theo Lawrence & the Hearts : Homemade Lemonade (Amérique fantasmée)
Delgrès : Mo Jodi (Blues créole à tomber)
Bâton Bleu : Weird and wonderful tales (Ovni blues du monde)
Car Seat Headrest : Twin fantasy (Le choc rock indé)
Les Gordon : La (Electro acoustique dansante mais pas que)
Cyril Cyril : Certaines ruines (chanson chamanique)

************

Cathy Ciandano, Médiathèque de Plérin

Mes préférés au fil des mois, sans ordre particulier :

Nakhane « You will not die » https://youtu.be/ehnk8hSnJ7c
Nils Frahm « All melody » https://youtu.be/C6FnP4oC1xY
Dream Wife https://youtu.be/8t1xoSXVOiE
Mélissa Laveaux « Radio siwel » https://youtu.be/Gdw-VWyBe1s
Goat Girl https://youtu.be/t1rRYQelpzE
Zeal & Ardor « Stranger fruit » https://youtu.be/BFGU0g1LA9I
Nils Petter Molvaer / Sly & Robbie « Nordub » https://youtu.be/f702zmB5en4
Marcus Miller « Laid Black » https://youtu.be/PHnX4mFZZcs
Anna Calvi « Hunter » https://youtu.be/_sYGLSJl-IY
Adam Nass « Love album » https://youtu.be/mmLzvnyVYwU
Sophie Hunger « Molecules » https://youtu.be/QJKczdHrnZA
Ezra Furman  » Transangelic exodus » https://youtu.be/YO4g38OGmOM
Agar Agar « The dog and the future » https://youtu.be/GMXEDVJWv4w
Hubert Lenoir « Marlene » https://hubertlenoir.bandcamp.com/album/darl-ne
Léonie Pernet « Crave » https://youtu.be/aVeapmhZYDE
DakhaBrakha « The road » https://youtu.be/gGW7lLbx8kE

************

Dominique Auer, médiathèque de Pacé

27 passports / The Ex
Solo piano III / Gonzales
Wanderer / Cat Power
Your queen is a reptile / Sons of Kemet
Sauvage forms / Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp
On / Altin Gün
Hot jazz, cool blues and hard-hitting song / Barbara Dane
We the people of the soil / Inspector Cluzo
Cusp / Alela Diane
Radyo siwel / Melissa Laveaux
La saboteuse / Yazz Ahmed
Vortex / Kaviar Special
La Fragilité / Dominique A
Shadow people / The Liminanas
Spitting image / The Strypes
Nocturne / Girls in Hawaïï

************

Anne Urbain-Perroy, Médiathèque de Bayonne

Voici notre top 15 pour 2018, sans oublier nos coups de coeur de musique basque !

By Yom / Yom. – Socadisc, 2018
Radyo Siwèl / Mélissa Laveaux. – No Format !, 2018
Crazy girl crazy / Barbara Hannigan. -Alpha Classics, 2017
Ruler Rebel / Diaspora / Christian Scott. – Strech Music, 2017
Cure, Eddy de Pretto. – E. de Pretto, 2018
Dancehall, The Blaze. – Animal 63, 2018
En amont, Bashung. -Barclay, 2018
Le mystère des voix bulgares / Boocheemish & Lisa Gerrard. – Schubert Music Publishing, 2018
Ann O’Aro / Ann O’Aro. – Buda Musique, 2018
Anarouz / 3MA. – Mad Minute Music, 2017
American Epic : BO . – Sony Music, 2017
Knock knock / DJ Koze. – Pampa Records, 2018
Manez eta kobreak / Manez eta kobreak. – Kalapita, 2018
Bakarka / Ruper Ordorika. – Elkar, 2018
Black is beltza : soinu-banda / Raul Refree, Fermin Muguruza. – Elkar : Talka records, 2018

************

Hervé Guilleminot, Conservatoire Jean-Baptiste Lully, Puteaux

Ma liste des coups de cœurs 2018. Surtout des inédits et des rééditions.
Je vous ai agrémenté chaque album d’extraits de presse des Inrocks, de Rock & Folk et de Classica. Bonnes découvertes !
[références malheureusement difficiles à se procurer, même sur Discogs. Elles n’en sont que plus précieuses. NDE]

Bruce Springsteen + Ravi Shankar : From New York to New Delhi – 1 CD – Columbia
Nous sommes en 1992. Le Boss, exténué, achève la post-production de Human Touch et Lucky Town, deux albums mal-aimés qu’il aura du mal à promouvoir. Il aspire alors à explorer de nouveaux horizons musicaux. Peu de temps avant l’expérience d’un Eddie Vedder se chauffant au Qawwali de Nusrat Fateh Ali Khan (BO de Dead Man Walking en 1996), Springsteen décide de franchir le pas en s’envolant à New Delhi pour frotter son blues au ragas du pandit Ravi Shankar. Bien lui en a pris : 4 longues sessions (râga Kanakangi, mélopées carnatique) témoignent d’un dialogue inédit entre les deux vénérables musiciens, qui trouvent par moments l’état de grâce de la relation Harrison/Shankar vingt ans auparavant. Une tournée américaine est un temps envisagée, mais Springsteen annulera, pressé par l’enregistrement de son album crépusculaire The Ghost of Tom Joad. La ballade indienne restera longtemps inédite, jusqu’à ce que ses vieux amis Southside Johnny et Antoine de Caunes, en mars 2018, le poussent à ressortir ces archives. Opération convaincante sur toute la ligne.

Prince + Kate Bush : Purple Sorcerer (from the Vault) – 2 CD – Warner
Le nain pourpre et la sorcière du son. Prince et Kate Bush. Les deux êtres, en profonde admiration l’un pour l’autre (et pour cause ! les deux sont des bourreaux de travail, des sorciers du son, des perfectionnistes acharnés et des control freaks assidus), avaient donné une idée de leur collaboration sur The Red Shoes (1993) et le titre Why Should I Love You ?. Le titre, réussi, avait fait l’objet d’une relation ratée entre les deux artistes. Leurs retrouvailles en 2003, dans le grand secret du studio Paisley Park, a donné lieu à une bacchanale sonore. On raconte que l’équivalent de 6 albums (six !) ont été enregistrés en deux mois non-stop de studio, pratiquement jour et nuit, avec un backing band monstrueux (The Revolution au complet), les cordes de Clare Fischer, la fine fleur du jazz nordique (Anders Jormin, Trygve Seim, Tord Gustavsen, Jon Balke), les passages de Suzanne Vega et Beyoncé, et bien sûr la présence vocale de Kate. The Vault, le coffre-fort de Prince, n’a pas fini de nous régaler…

Underworld : George Goes Gore – 1 CD – Sony
C’est l’histoire de deux surdoués de l’électro : Karl Hyde et Rick Smith. Après trente ans de bons et loyaux services la tête dans les nuages et les doigts dans la prise, Underworld souffle en 2018 avec une double collaboration prônant ascétisme et coolitude : Iggy Pop et Brian Eno sont sur les rangs. Mais parce qu’Underworld n’est qu’Underworld dans la fureur et les décibels, les deux compères (120 ans à eux deux !!) renversent la table (de mixage) et invitent à bord la fine fleur du métal indus et doom pour revisiter leurs plus grands succès. La légion se met en marche et bientôt Tony Iommi, en retraite du Sabbath, Trent Reznor, Kerry King (Slayer) et Greg Anderson (Sunn O)))) embrayent la sixième sur cet album rageur où tous les tubes du duo sont passés à la ponceuse orbitale et au Kärcher sonique. Born Slippy Nuxx est un mælstrom hypnotique, Pearl’s Girl une détonation sans fin, Scribble une déflagration sourde et Moaner un rollercoaster pétri de décibels. L’electro-death-doom est né.

Alain Bashung : Confirmé – 1 CD – Barclay
1989, Novice. Bashung vient de sortir un album non-commercial dont il sera longtemps fier. Sorte de pierre transcendantale d’une œuvre en clair-obscur qui prendra le chemin de la noirceur absolue dans son chef-d’œuvre l’Imprudence (2002). Mais pour arriver au sommet, il faut franchir les étapes et installer des camps de bases. Après un Chatterton (1994) en demi-teinte et avant un Fantaisie militaire (1998) mieux construit, l’alpiniste Bashung pose ses guêtres en 1996 dans le studio Hansa de Berlin, avec pour complices un gang de mercenaires new wave. Martin Gore (Depeche Mode), Daniel Miller (patron de Mute), Gary Numan, Colin Newman (Wire) et John Foxx (Ultravox) vont donner corps à la version 2 de Novice, Confirmé. Au programme ? Des symphonies de poche digitales, des stridences synth-pop et des mélopées cold wave comme à la meilleure époque (78-79). Cet album cold (qui ferait passer Novice pour un steel band de Trinidad !) ne sortira jamais, car il avait largement effrayé les dirigeants de Barclay. Aujourd’hui, la hache est enterrée. Et l’œuvre au noir peut tracer son chemin de pénitence…

Rachid Taha, Mick Jones, Omar Souleyman, John Lydon : Inta habibi – 1 CD – Ya Rayah/Universal
Un album inespéré. Comment les routes du baroudeur Taha, de l’ex-punk Jones, du Syrien fou Souleyman et du rageur Lydon ont-elles pu se croiser un jour de 2012, dans ce studio miteux de la banlieue de Tripoli, au nord du Liban, entre factions druzes, chiites et sunnites ? Peut-être par la magie de l’insouciance… Les potes Jones et Taha logeaient alors à côté du Khan el-Khayyatin, dans le souk, en recherche d’inspiration, quand la visite impromptue de Lydon et son poulain Omar Souleyman (il avait produit son premier album de dabke tribal-punk), les décida de se transformer en guerriers du son. Ils s’enfermèrent donc à Majdalaiya, à une portée de canon du souk, pour produire ces étonnantes stridences, entre chaâbi syrien extatique et déflagrations punk, s’inspirant aussi bien des chanteurs celtes géniaux et obscurs (Glenmor, Ghislain Gouwy…) que de la magnificence du chant arabe de Farid El Atrache et sa sœur Asmahan ou de Dahmane El Harrachi. La boucle spatio-temporelle chaâbi-punk s’est trouvé une redondance avec cet album magique et définitif. Arak pour tout le monde !

Ludwig van Beethoven : 10ème Symphonie / Orchestre et Chœurs du Philharmonique de Berlin, dir. Sir Simon Rattle – 1 CD – DG/Universal
Richard Wagner a dû se retourner dans sa tombe, lui qui qualifiait la 9ème de Beethoven comme « la dernière des symphonies ». Le miracle a bien eu lieu avec l’exhumation, en février 2018, de cette 10ème symphonie, écrite entre 1824 et 1827, durant trois années de dur labeur, au crépuscule de la vie du natif de Bonn. A tout seigneur tout honneur, c’est le récent lauréat du « Beethoven Summus Octopus », Sir Simon Rattle, qui eut le privilège de déchiffrer le premier cette œuvre ultime. Le résultat est au-delà des rêves les plus fous des mélomanes symphonistes. Cette 10ème symphonie est une offrande renversante et enthousiaste, sous la direction hyper virtuose du maître britannique. Virtuose non par les effets de manche et la vélocité mais par la maîtrise absolue des superpositions, des tensions entre premier et second plans, des transitions, des couleurs combinées. Il n’exagère pas le postromantisme de cette œuvre de maturité et souligne à l’inverse certains traits saisissants et expérimentaux – tournures harmoniques et mélodiques inattendues, instrumentation extrêmement personnelle. La lecture impressionnante de noirceur de cette 10ème vaut le détour. C’est une vision analytique, implacable, glaciale jusqu’à l’explosion finale des chœurs, rappelant évidemment la folle cavalcade du totus tuus de la 9ème.

The Pale Fountains + Friends : Die and Let Live – 1 CD – Warner
Michael Head a toujours eu de la suite dans les idées. Et la ténacité de l’amoureux jamais transi. Le leader de The Pale Fountains, auteur de l’album miraculeux Pacific Street en 1984, a continuellement tenté de retrouver cette alchimie féerique entre guitares claires, bossa assumée, easy listening au cordeau et cuivres pimpants. Alors qu’il multipliait les expériences et les groupes pour tenter de retrouver la magie (Shack, The Strands, Red Elastic Band…), c’est un e-mail de Burt Bacharach adressé à lui qui failli lui donner une syncope. Admiratif de son travail, l’Américain, qui venait juste de se remettre du suicide de sa fille (2007), invita Head à la maison, à Burbank, pour produire un album. Il convia aussi d’autres héros de Michael, comme Chico Buarque, Milton Nascimento et Tom Jones. Die and Let Live est la résultante logique de ce combo magique : un album frais, aérien, à la fois dissolu et millimétré, extatique et intériorisé, grandiloquent et ascétique, qui remet au centre du village une église de la félicité tranquille et de l’amour de la belle mélodie. Oui, Michael Head peut maintenant mourir apaisé. Il a réussi son passage à la béatitude mélodique. Comme ses aînés.

************

Yann-Aél Léger, Florian Diou, Médiathèques de Vichy

Toujours dans la rubrique « Top 2018 » : voilà, sans ordre de préférence, les tops des discothécaires de Vichy

Attention la sélection concerne les acquisitions 2018, c’est pas toujours des nouveautés nouvelles.

Florian :
1. Sidi Wacho « Bordeliko »
2. Sons of Kemet « Your Queen is a reptile »
3. Denzel Curry « TA13OO »
4. Khruangbin « Con todo el mundo »
5. Arat Kilo, Mamani Keita & Mike Ladd « Visions of Selam »
6. Soviet Suprem « Marx Attack »
7. Kiddy Smile « One trick pony »
8. Nils Frahm « All melody »
9. Gaël Faye « Des fleurs »
10. Criolo « Espiral de illusao »
11. Trio Abozekrys « Don’t replace me by a machine »
12. Damily « Valimbilo »
13. Léonie Pernet « Crave »
14. El Tipo Este Y Al Quetz « La revancha de la manana »
15. Flatbush Zombies « Vacation in Hell »

Yann-Aël (je triche : 18 albums pour 2018)

1. Top 2018 du génial coffret fourre-tout
« L’avant-garde 1888-1970 : musique expérimentale, génies, visionnaires, révolutionnaires, incompris et innovateurs excentriques »(Frémeaux)
2. Top 2018 de la bande originale très originale
« Les Shadoks, bande originale de la série télévisée » Robert Cohen-Solal
3. Top 2018 des fausses musiques de film
Fred Pallem & le Sacre du Typan « L’odyssée »
4. Top 2018 de la réédition d’album réputé inécoutable
Melvins « Colossus of destiny »
5. Top 2018 du manifeste du discothécaire
Idles « Joy as an act of resistance »
6. Top 2018 du groove hypnotique
Ammar 808 « Maghreb united »
7. Top 2018 de l’élégance virtuose
Quatuor Hermès « Quatuors de Ravel, Dutilleux, Debussy »
8. Top 2018 de la reprise inattendue
Jean-Claude & Bernard Blanc « Cornemuses » (l’air des Pêcheurs de perles de Bizet à la cornemuse bourbonnaise !)
9. Top 2018 du slow de l’été
Usé « Selflic »
10. Top 2018 de la transe africaine
BCUC (Bantu Continua Uhuru Consciousness) « Emakhosini, music for the people by the people with the people »
11. Top 2018 de l’improvisation hautement réjouissante
Emile Parisien Quintet « Sfumato live in Marciac »
12. Top 2018 de la pépite kitscho-psychédélique
Altin Gün « On »
13. Top 2018 du groove irrésistible sur des paroles improbables
Vaudou Game « Otodi » (« c’est l’anniversaire de belle-maman… »)
14. Top 2018 de la musique chaloupée pour se déhancher au soleil
« A historia do Nordeste », na voz de Luiz Gonzaga
15. Top 2018 de celui qui se prend pour un viking
Moondog « Moondog & friends »
16. Top 2018 de la ballade à deux
Mary Halvorson & Bill Frisell « The maid with the flaxen hair »
17. Top 2018 du drone-noise-ambient-rock à la vielle à roue (électrique)
Romain Baudoin « Bestiari »
18. Top 2018 de ceux qui étaient déjà dans le top 2017
Oh Sees « Smote reverser »

************

Elisa Truche, Médiathèque Boris Vian, Louviers

C’est ma première participation pour des sélections, voilà mon top 2018 :

Prequelle / Ghost
Sacrament of sin / Powerwolf
Souldier / Jain
Chapter one / Kimberose
Homemade lemonade / Theo Lawrence and the hearts
Cocoa sugar / Young Fathers
HH / Hyphen Hyphen
Parcels / Parcels
Performance / White denim
Many nights / Motorama
Your queen is a reptile / Sons of Kemet
We people of the soil / Inspector Cluzo
Her / Her
Unsung prophets and dead messiahs / Orphaned land
Afrosoul / Ahamada Smis
In Nashville / Shannon Shaw

************

Vincent Bouteloup, Médiathèque François Mitterrand, Argentan

Voici le top de la section Image et Son d’Argentan :
Cinéma / RENAUD CAPUCON (Laurence)
Delâshena / SHADI FATHI & BIJAN CHEMIRANI (Georges)
Double negative / LOW (Vincent)
Hit sale / THERAPIE TAXI (Anne)
Homemade Lemonade / THEO LAWRENCE & THE HEARTS (Anne)
In our circle / RIVULETS (Vincent)
Mil Hent / DENEZ PRIGENT (Georges)
Secret beauty / EMMANUEL BORGHI (Laurence)
Simulation Theory / MUSE (Clarisse)
Yapadam l’écho logique / LE CARIBOU VOLANT (Clarisse)

************

Marie SEGUES, Médiathèque de Tournefeuille

Voilà mon top 2018 :

Gogo Penguin : A humdrum Star
Raphaël Imbert : Music is my Hope
Initiative H : Broken Land
Anthony Joseph : People Of The Sun
Youngblood Brass Band : Pax Volumi
Godspeed You Black Emperor : Luciferian Towers
Charlotte Gainsbourg : Rest
Inspector Cluzo : We The People Of The Soil
Bcuc : Emakhosini
Anthologie : Habibi Funk : an eclectic selection of music from the Arab world

************

Jean-Michel Audrain, Médiathèque la Méridienne, Rungis

Voici les disques qui ont marqué mon année 2018 :
Vaudou Game : Otodi
Tamino : Amir
Radio Elvis : Ces garçons-là
The New Mastersounds : Renewable energy
J.P. Bimeni & The Black Belts : Free me
Arat Kilo / Mamani Keita / Mike Ladd : Visions of Selam
Anna Calvi : Hunter
The Amazing Keystone Big Band / Celia Kameni : We love Ella
Jeanne Added : Radiate
Léonie Pernet : Crave
Interpol : Marauder
The Lemon Twigs : Go to school
Ÿuma : Poussière d’étoiles
Otis Stacks : Fashion drunk
Dominique A : Toute latitude
Mélissa Laveaux : Radyo siwèl
Rémi Panossian : Do
Feu! Chatterton : L’oiseleur
Metric : Art of doubt
Beach House : 7

************

Nicolas Dourlhes, Médiathèque, Les Ponts-de-Cé

Pour ma part, coups de cœur exclusivement jazz, musique improvisée et projets alternatifs.

Petite autopromotion, pour celles et ceux que ça intéresse, je parle de ces disques (et d’autres) dans cette émission: www.jazzitude.fr

Sylvain Darrifourcq In Love With, Coïtus Interruptus, Gignatinum: trio (violon/violoncelle/batterie) axé sur la frénésie du rythme et le zapping musical, un questionnement sur le temps en musique

Joëlle Léandre Marc Ducret, Chez Hélène, Ayler Records: rencontre au sommet entre deux immenses musiciens (contrebasse/guitare). Long poème sonore qui se construit dans le moment de son invention.

Papanosh Roy Nathanson (+ Marc Ribot), Home Songs, ENJA: collectif de Rouen, complété par Marc Ribot et lle saxophoniste Roy Nathanson. On pense à Charles Mingus.

Matthieu Donarier / Poline Renou / Sylvain Lemêtre, Adieu Mes Très Belles, Yolk: réappropriation contemporaine de compositions du Moyen-Age et de la Renaissance par un trio clarinette/voix/percussion. Un voyage à travers les époques pour une formation qui privilégie l’épure de la ligne claire.

Hans Lüdemann TransEuropeExpress, Polyjazz, BMC: orchestre trans-européen qui prouve que l’Europe existe bel et bien. Sous la direction du pianiste Allemand Hans Lüdemann, les arrangements sont foisonnants et chaque musicien (allemand, français, serbe, etc.) particulièrement inventifs.

No Tongues, Les voies du monde, Les Productions du Mouflon, 2018: reprenant des extraits du disque de collectage « Les Voix du Monde » paru chez Ocora, ce quartet nantais ne fait pas dans la world music mais dans une réinterprétation personnelle et intime des musiques ancestrales. Donnant sens à ces sons primitifs, ils en révèlent toute la beauté en leur donnant les atours de la modernité.

No Noise No Reduction, Au doux combat me joindre, Freddy Morezon, 2017: certes de 2017 mais vrai coup de cœur, le trio Toulousain est constitué d’un baryton et deux saxophones basses. Le son est épais et puissant, les compositions massives. A écouter très forts (le groupe travaille aujourd’hui sur une adaptation de Kill Your Idols de Sonic Youth)

Christophe Monniot & Le Grand Orchestre du Tricot, Jericho Sinfonia, Ayler Records, 2018: à partir d’une réflexion sur les effets du son des trompettes sur la muraille de Jericho, ce long programme entrecoupé d’un montage subtil de voix diverses (scientifiques, historiens, religieux) est une symphonie interprétée par l’orchestre du collectif Tricollectif basé à Orléans. Les compositions complexes sont du saxophoniste Christophe Monniot. Dense et lyrique. Magistral

TOC (Ternoy / Orins / Cruz), Will Never Play These Songs Again, Circum Disc, 2018: l’art de la transe, de l’électricité et de l’improvisation. Sans doute le trio le plus rock issu de la scène jazz. A découvrir sur scène.

Bruno Ruder & Rémi Dumoulin, Gravitational Waves, Absilone, 2017: Bruno Ruder (piano, claviers) et Rémi Dumoulin (saxophone) invitent le grand batteur américain Billy Hart. Un jazz élégant et libre qui renoue avec les belles pages de cette musique.

************

Erwan Elicot, Bibliothèque d’Hérouville Saint-Clair

Miscellanées de l’année 2018 :
Milano, Daniele Luppi (30th century records).
Les flavescences, L’Effondras (Noise parade).
Centaur Desire, J.C Satan (Born Bad).
Nihilistic glamour shots, Cabbage (BMG).
Digital garbage, Mudhoney (Sub Pop).
Prequelle, Ghost (Spinefarm).
Stranger Fruit, Zeal & Ardor (Caroline records).
Polygondwanaland, King Gizzard and the lizard wizard (https://kinggizzardandthelizardwizard.com/polygondwanaland/index.html).
Pinkus Abortion Technician, The Melvins (Ipecac).
Boarding House Reach, Jack White (Third man).
Hiss Spun, Chelsea wolfe (Sargent House).
Wide Awake, Parquet Courts (Rough Trade).
Difference, Jambinaï (Bella Union).
Shadow people, The Liminanas (Because music).
Con todo el mundo, Khruangbin (Night Time Stories).

************

Fabien GESLIN, Bibliothèque de Caen – Maladrerie

Ci-dessous, mes coups de cœur de cette année écoulée :

Courtney Barnett – Tell me how you really feel
Beach House – 7
Bonny Doon – Longwave
En Attendant Ana – Lost and found
Nils Frahm – All melody
Goon Sax – We’re Not Talking
Iceage – Beyondless
Stephen Malkmus & The Jicks – Sparkle Hard
Married Monk – Headgearalienpoo
Olden Yolk – Olden Yolk
Papercuts – Parallel Universe Blues
Parquet Courts – Wide awake!
Rolling Blackouts Coastal Fever – Hope Downs
Bill Ryder-Jones – Yawn
Gruff Rhys – Babelsberg
Salad Boys – This Is Glue
Shame – Songs Of Praise

************

Jean-Fred FIGUIN, Médiathèque du Sud Sauvage, Ville de Saint-Joseph, La Réunion
Koman i lé ?
Pas de liste mais la claque de l’année :
Ann O Aro avec son premier album éponyme – Label : Cobalt (14 septembre 2018)
https://youtu.be/3t8KcvqoOlM
Article via https://www.lesinrocks.com/2018/08/30/musique/apres-une-enfance-en-enfer-ann-oaro-sort-un-album-bouleversant-en-forme-de-message-universel-111119419/

************

Top Jeunes proposé par Dominique Auer
Après une salve de tops 2018 par les professionnels de la profession (merci aux participants), je lance ici un top 2018 « spécial jeunes » comme dirait Nicolas Stoufflet.
L’idée est de demander aux « jeunes » de votre entourage leurs titres ou albums préférés de l’année 2018 et de les poster ici même (je ferai une synthèse). De façon anonyme bien entendu et sans « jugement de valeur ». Les enfants, le fils du/de la collègue, le petit neveu, la môme du huitième, la fille du proviseur… vous pouvez interroger qui vous voulez. Merci d’indiquer juste une tranche d’âge histoire de cibler un peu plus.
Bien entendu ça ne sera sans doute pas exhaustif mais ça nous donnerait juste un petit aperçu de ce qu’écoute les moins de 20 ans (après, on est un peu moins jeune. Je sais : c’est arbitraire).
Allez je me lance (sans jugement de valeur on a dit) :
Age 8/12 ans :

Brol / Angèle (album)
Rentrez chez vous / Biglo et Oli (titre)
C’est que du rap / Bigflo et Oli feat. Soprano, Black M (titre)
Souldier / Jain (album)
1000 degrés / Lomepal feat Roméo Elvis (titre)
Mercy / Madame Monsieur (titre)
Bella Ciao (« la vraie pas l’autre ») (titre)
Cual es la fecha de hoy / Golden Moustache (titre)
Baby shark (titre)
Friday afternoon / Soundless (titre)
A nos souvenirs / 3 Cafés Gourmands (titre)
A la vie, à l’amour / Soprano (titre)
El mal querer / Rosalia (album)
La même / Maître Gims, Vianney (titre)
No tears to left to cry / Ariana Grande (titre)
Je te le donne / Vitaa feat. Slimane (titre)

************

Christine Charbonneau, Médiathèque de Saint Jean de Braye

Voici la sélection de nos coups de cœur 2018, présentés lors de nos p’tits dèjs Musique de la médiathèque de Saint Jean de Braye

La femme idéale de Ben Mazué (Sony Music)
Lilies de Mélanie de Biasio (Le label / PIAS)
La vie (titre provisoire) de François Morel (Sony Music)
Ash d’Ibeyi (XL Recordings)
Warhaus de Warhaus (PIAS)
Disque la rayé : 60’s French West Indies Boo-Boo-Galoo / Anthologie (Born Bad Records)
Lotta Sea Lice de Courtney Barnett & Kurt Vile (Marathon artists)
Fatherland de Kele Orekele (BMG)
Crazy Girl Crazy de Barbara Hannigan & Ludwig Orkestra (Alpha Classics)
Muance de Chapelier Fou (Ici d’ailleurs)
Géopoétique de Mc Solaar (Osmose Productions)
The Source de Tony Allen (Blue Note)
Soul of a nation: Afro-centric visions in the age of black power / Anthologie (Soul Jazz Records)
Twist de Dick Annegarn (Musique sauvage / PIAS)
Montreuil – Memphis de Sanseverino (Sony Music France)
Cannibale de Calypso Valois (Le Label / PIAS)
Dans les forêts de Sibérie d’Ibrahim Maalouf (Mi’ster Productions)
Cabadzi X Blier de Cabadzi ( Studio Chaton)
Letters to Marlene de Guillaume de Chassy & Christophe Marguet avec Andy Sheppard
Please don’t be dead de Fantastic Negrito (Cooking Vinyl)
Alfred Hitchcock & la musique / Anthologie (Editions Milan Music)
Toute Latitude de Dominique A (Label Naïve)
La fête est finie d’Orelsan (3ème Bureau)
Quatre vingt huit de Guillaume Poncelet (Blend)
Tranquility Base Hotel + Casino d’Artic Monkeys (Domino Recording)
L’Impératrice de Matahari (Microqlima Records)
Parfums d’Orient / Anthologie de Musique Classique (Warner Music France)
Apatride d’Alain Manoukian (Mad Chaman)
Balfron Promise de 47 Soul (Cooking Vinyl)

************

Bruno Neveux, Médiathèque de Guebwiller

Notre playlist des coups de cœur est ici :
http://bit.ly/2SuHboy

avec entre autres :
Dominique A
Lana del Rey
Bicep
Tirzah
Madben…

************


Laurent Boutigny, Médiathèque de l’Orangerie, Claye-Souilly

Quelques disques que j’ai apprécié en 2018

Djazia Satour : Aswât (Alwâne Music)
Hollie Cook : Vessel of Love (Merge)
Arthur H : Chien fou (Mystic Rumba)
Starcrawler : Starcrawler (Rough Trade)
Orquesta Akokán : Orquesta Akokán (Daptone)
Linval Thompson : Dub landing 1 & 2 (Greensleeves)
Turnstile : Time & Space (Roadrunner)
Moon Gogo : Joy (Havalina)
Phyllis Dillon : One life to live (Doctor Bird)
Dr. Octagon : Moosebumps: An Exploration Into Modern Day Horripilation (Bulk)
Eels : The Deconstruction (E Work)
Sly & Robbie meet Nils Petter Molvær : Nordub (OKeh)
Cypress Hill : Elephants on acid (BMG)
Jorja Smith : Lost & Found (Because)
Alain Bashung : En amont (Barclay)
Joe Strummer : Joe Strummer 001 (Ignition)
Zenzile meets JayRee : 5+1 (Yotanka)
Marc Ribot : Songs of resistance, 1942-2018 (Anti-)
Thom Yorke : Suspiria (XL)
Compilation Soul of Jamaica & Here comes the Duke (Doctor Bird)
Charles Bradley : Black velvet (Daptone)
Cat Power : Wanderer (Matador)
Kimberose : Chapter One (6&7)
Gonzales : Solo piano III (Gentle Threat)
John Coltrane : Both directions at once, the lost album (Impulse)
Compilation 93 Empire (Affranchis Music)
Compilations This is Trojan Rocksteady et This is Trojan Dub (Trojan)
Compilation Step Forward Youth (roots masters from the “punky reggae party”) (Greensleeves)
The Uniques : Absolutely…The Uniques (Doctor Bird)

************

Séverine Cart, Médiathèque de Thonon

Voici le top de l’équipe pour l’année 2018 :

Grand Blanc (Image au mur)
LP (Heart to mouth)
Jorja Smith (Lost and found)
Meshell Ndegeocello (Ventriloquism)
Radio Elvis (Ces garçons-là)
Damso (Lythopédion)
Eddy de Pretto (Cure)
Ariana Grande (Sweetener)
Lady Gaga (A star is born)
Angèle (Brol)
Hoshi (Il suffit d’y croire)
Climax (BO)
Aya Nakamura
Panic! at the disco (Pray for the wicked)
Gaz Coombes (World’s strongest man)
Alain Chamfort (Le désordre des choses)

************

Gwenaëlle Quevilly, Médiathèque-Ludothèque Bernard-Ywanne, Réseau de lecture publique Grand Paris Sud Est Avenir

Voici les disques coups de coeur 2018 pour l’équipe Image et Son de la médiathèque de Bonneuil-sur-Marne :

Amour chien fou Arthur H
Contretemps Flavien Berger
Dirty Computer Janelle Monae
Piano and a microphone Prince
Mil Hent Denez Prigent
Je suis une île Halo Maud
Neon Cats on trees
The other King Tuff
Wanderer Cat Power
Her Her
The love album Adam Naas
B.O The greatest showman
Quarteto Gardel Lionel Suarez, Airelle Besson, Vincent Segal, Minino Garay
Part IV Kora jazz Trio

************

Anthony Roger, Médiathèque L’Odyssée, Saint-Aubin-lès-Elbeuf

Voilà pour moi et bonne année à tou(te)s :
Nova Materia « It comes » (Crammed Discs)
Dominique A « Toute lattitude » (Cinq 7)
Paul Weller « True meanings » (Parlophone)
Dead Can Dance « Dionysus » (Pias)
The Soft Moon « Criminal » (Sacred Bones)
Hot Slap « Looking for the good thing » (Rock Paradise)
Denez Prigent « Mil Hent – Mille chemins » (Coop Breizh)
Voivod « The wake » (Century Media)
Pest Modern « Rock n roll station » (Meidosem)
Opera Multi Steel « Au fief des rémanences » (Meidosem)

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress