Wednesday 23 Oct 2019

Animer une sieste musicale en bibliothèque

Richard Walker – A Nice Place To Sit (CC-BY)

Cet article a été rédigé par Hervé Molia et publié initialement sur le portail des Médiathèques des Landes.

Depuis quelques années se multiplient en médiathèque des propositions de siestes musicales différentes aux thématiques variées. Voici quelques pistes pour vous permettre d’organiser ce type d’animation dans votre établissement.

Qu’est-ce qu’une sieste musicale en médiathèque ?

Ce sont des rendez-vous plus ou moins réguliers afin de découvrir la Musique (genres musicaux particuliers, focus sur un artistes, une époque…) pour mettre en avant vos collections musicales. Ces temps d’animation se modèlent selon les projets et les dynamiques en cours ou prévus dans la médiathèque (projets éducatifs, sociaux, culturels…). La sieste musicale est un voyage en musique original qui invite le participant à la rêverie, un moment de plaisir partagé pouvant se prolonger à la maison par l’emprunt des disques écoutés.

Pour quel public s’adresse une sieste musicale ?

Enfants, adolescents et adultes sont conviés aux siestes musicales. La durée doit s’adapter aux public avec formats allant de 30 mn à 2h. Le public le plus difficile à captiver sur une durée importante est le public enfant pour lequel il est conseillé de faire court et de compléter la diffusion musicale par d’autres éléments d’animation.

Comment organise-t-on une sieste musicale ?

Cette animation est proposée à un public confortablement installé dans des fauteuils ou canapés, des transats, des matelas, des tapis ou des hamacs… A l’intérieur des médiathèques ou en plein air, dans un auditorium ou entre deux étagères de livres, l’animateur (un bibliothécaire ou un intervenant extérieur) propose dans cette séance d’écoute collective des artistes qu’il connaît, des sonorités qu’il aime, des musiques qu’il a envie de partager ou de faire (re)découvrir. Comme un DJ, il mixe les compositions qu’il a choisi ou enchaine simplement titres après titres. La médiathèque doit s’acquitter d’une redevance SACEM si celle-ci ne paie pas de forfait annuel pour de la diffusion de musique dans ses murs.

Médiathèques des Landes

Quel matériel utiliser pour diffuser la musique lors d’une sieste ?

Il faut s’adapter aux sources sonores que diffusera l’animateur : une paire de platines et une mixette pour des disques vinyles, un double lecteur cd et une mixette, un ordinateur avec un logiciel adapté ou un contrôleur pour mixer des MP3. Selon le volume du lieu à sonoriser, vous aurez besoin ensuite d’un amplificateur et de baffles ou d’une paire de baffles auto-amplifiées ou d’un diffuseur sans fil Bluetooth par exemple. L’idéal est une diffusion type « surround » avec des sources de diffusion depuis différents angles de la pièce. Dans le cas de l’utilisation de MP3, veiller à ce que l’intervenant vienne avec ses cd ou vinyles pour les montrer au public, sinon demander sa playlist à l’avance afin de préparer une table de présentation avec vos propres cd. Si ce sont des musiciens qui viennent animer la séance, voir directement avec eux les éléments techniques nécessaires.

Dois-je utiliser seulement de la musique pour diffuser dans sieste ?

Les siestes musicales ne sont pas strictement instrumentales ou à partir de titres chantés. En effet, elles peuvent être commentées oralement : présentation du morceau qui va ou vient d’être diffusé ; s’illustrer avec des lectures de textes ; s’ouvrir à l’utilisation de samples, de boucles bruitistes, de sons de la nature et divers…

Comment créer la playlist de sa sieste musicale ?

Le plus important est d’avoir une thématique qui sera le fil conducteur votre animation, par exemple : musiques d’Afrique Noire, le rock américain des années 50-60-70, la musique disco… Il faut ensuite trouver un titre accrocheur à votre sieste musicale, par exemple pour les styles précités : « Rêves de Congo », « Pionniers et légendes du rock américain », « Je danse disco » ou bien « Disco Coco »…

Rédigez également un petit texte de présentation de votre animation, par exemple :

« Pour cette sieste musicale, nous vous proposons de voguer vers les rivages de l’Afrique Noire en commençant par les rives du fleuve Congo jusqu’à sa source aux frontières de la Zambie et du Malawi. Puis nous partirons vers les grands lacs de Tanzanie et du Kenya sur les traces des sources du Nil jusqu’en Éthiopie, avant de prendre le large via l’Océan Indien pour rejoindre Madagascar puis l’Afrique du Sud, et de remonter la côte Atlantique du continent jusqu’à Dakar, Sénégal » ;

« Ils sont peu à avoir leurs étoiles sur le fameux Hollywood Boulevard de Los Angeles, Californie. Qui sont ces pionniers du rock américain dont l’aventure va bouleverser le paysage musical mondial des décennies 50-60-70 ? Retours sur des légendes du rock américain, entre anecdotes et écoutes musicales, entre stars et guitaristes moins connus, parcours sur trois décennies autour de la musique du diable ! »

« L’aventure disco commence dans les années 70 en réaction au rock dominant et afin de remettre la danse au cœur de la musique. Cette sauce à base de funk, de pop, de salsa, de soul et de psychédélisme est une machine à danser venu de New York et de Philadelphie. On a tous un refrain des Bee Gees, Donna Summer, Abba, Gloria Gaynor, Chic, Boney M ou des Village People dans le cœur. Laissez-vous emporter une nouvelle fois par cette vague disco irrésistible samedi prochain…« 

Il faut donc rédiger un texte court et attractif, qui cerne au mieux l’animation afin de « vendre » celle-ci à vos usagers. A vous de construire votre playlist au fil de vos écoutes personnelles, pourquoi pas lors du catalogage de vos documents sonores. Rechercher également les compositions qui colleraient à votre thématique dans votre collections ou connaissances personnelles, faire des recherches sur internet ou demander des conseils auprès d’une personne référente (collègues de bibliothèque, professeur, artiste, programmateur…). Un fois un nombre suffisant de morceaux ou d’extraits repérés et correspondant à la durée de la séance prévue, il vous faut définir avec quel titre commencer votre animation et sur quel titre la finir. L’animateur de la sieste musicale est le capitaine du navire qui embarque ses auditeurs d’un point A à un point B, un voyage musical qu’il agrémentera de temps forts ou pas selon la destination, la thématique et les effets sonores recherchés.

Médiathèque Marguerite Duras, Paris

Créer sa playlist pour une sieste

Les musiques de détente (easy listening, relaxation, new age…) sont adaptées à l’écoute d’un public passif. On peut aussi se servir de musiques électroniques (ambiant, lounge, minimale…), de jazz (space et jazz spirituel, jazz d’influences ethnique, fusions jazz-funk, electro-jazz…), de soul psychédélique, funk et disco, de musiques jamaïcaines (dub, reggae, rock steady, mento…), de musique classique (vocale sacrée, symphonies, ballets, musiques concrètes, électroacoustiques…), musiques de films, chanson et évidemment toute les musiques du monde. On peut aussi chercher des sonorités d’instruments peu courant pour créer des ambiances particulières en rapport avec la thématique choisie.

En général, les musiques « agressives », trop rapides ou « puissantes », ou considérées comme « violentes » (métal, punk, hardcore, certaines formes de rap, de rock, de techno…) ne sont pas adaptées à ce type d’animation. Il faut privilégier le bien-être, la rêverie, l’évasion des auditeurs. Et si certains s’endorment pendant la séance, c’est bon signe, non ?

Derniers conseils

Créer une sieste musicale demande beaucoup d’écoute de titres, donc un certain temps de préparation. Certaines personnes un fois leur musique de départ et d’arrivée trouvées ont besoin de se faire un conducteur des morceaux à enchainer les uns après les autres, d’autres non et « improvisent » leur mixe au cours de la séance. L’animateur une fois le voyage musical terminé reste à l’écoute des auditeurs, montre les disques qu’il a utilisé, peut éventuellement proposer une playlist de la séance sur format papier ou numérique, et répondre aux questions éventuelles.

Un exemple d’animation à mener pas à pas dans votre médiathèque ici : Le Tour du monde en 80 mn !

En espérant que vous ayez à présent les cartes en main pour construire votre prochaine sieste musicale, il ne vous reste plus qu’à être inventif !

H.M.

Quelques exemples de playlists de siestes musicales

Certaines médiathèques constituent leurs playlists sur soundsgood.

La Médiathèque Marguerite Duras (Paris, 75)

La Bibliothèque Maurice Genevoix (Paris, 75)

La Médiathèque de Pacé (35)

Les Médiathèques de Maisons Alfort (94)

La Médiathèque Gaston Baissette (Mauguio, 34)

La Médiathèque Départementale du Nord (59)

Le Bibliothèque Louise Michèle (Paris, 75)

La Médiathèque Musicale de Paris (75)

Des médiathèques proposent même des siestes dessinées comme la médiathèque de Quimperlé (29).

Le logiciel audio libre et gratuit Audacity peut s’avérer utile pour préparer sa sieste musicale mixée en long format.

A noter qu’il existe aussi des sites de musique libre axés sur les musiques ambient et le field recording qui peuvent correspondre à cette thématique de sieste musicale :

https://silentflow.org/

http://www.zymogen.net/releases/

http://www.laverna.net/home.php

http://www.acim.asso.fr/ziklibrenbib/category/electro/ambient/

Trackbacks de cet article

  1. Idées à copier? | Pearltrees

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress