Accueil > Politique documentaire musicale > Petit guide pour la mise en place d’une dmothque en Discothque de (...)

Petit guide pour la mise en place d’une dmothque en Discothque de Prt

mercredi 8 novembre 2006, par Vincent Bouteloup

1 - Les Objectifs

Une dmothque pour quoi faire ?

- Proposer l’usager un choix supplmentaire de CD.

- Constituer un fonds " patrimonial ", tmoignant de l’activit musicale locale.

- Valoriser les initiatives musicales locales en matire de cration, production et diffusion.

2 - Les Critres de slection

Avant toute chose, il parat pertinent de dfinir un cadre gographique (et donc administratif) aussi bien pour cibler la constitution du fonds que de lui donner une valeur locale (se cantonner sa rgion ou son dpartement par exemple) :

- Constitution d’un fonds bas sur l’acquisition d’albums ou compilations de groupes locaux (rgionaux ou dpartementaux) au rpertoire propre (uniquement des crations et non des reprises ou interprtations), tous styles musicaux confondus (rock, jazz, chanson, musique classique contemporaine...), dits par des groupes et artistes locaux ou des associations de type loi 1901 (notamment pour pouvoir tablir un bon de commande et effectuer les versements) et distribus hors circuit commercial habituel. L’acquisition peut se faire en partie aussi auprs des disquaires locaux voire des fournisseurs pour mdiathque (type CVS, CD Mail, Gam...) pour certaines rfrences, prsentes dans leur catalogue.

- Slection au cas par cas des disques en fonction de critres d’thique, de qualit musicale et de qualit d’enregistrement. Concertation avec les groupes et les associations pour les disques posant problme.

3 - Les Moyens

Pour collecter les CD plusieurs pistes sont explorer :

- Inventaire des associations, type loi 1901 promouvant la musique dans la rgion par la production et la diffusion d’enregistrements, par le biais notamment du site du Journal Officiel et des acteurs des Musiques Actuelles de la rgion ou dpartement (DRAC, ODC, Antenne Musiques Actuelles, associations, festivals, salles de concert, SMAC...).

- Prise de contact avec ces associations afin de leur faire connatre le projet et de s’informer sur leurs productions discographiques.

- Travail de communication (presse, diffusion auprs des associations...) pour faire connatre le projet.

Gnralement le bouche oreille finit par fonctionner...

4 - Le Mode d’acquisition

- Acquisition par don (possibilit pour les groupes de faire don de leurs productions).

- Acquisition par achat. Dans ce cas, les groupes doivent tre rattachs une association afin que la mdiathque effectue le paiement. Le mode de paiement fonctionne par bon de commande et versements bancaires. Le projet ncessite un budget faible (sachant que le prix d’une majorit de ces CD oscille entre 3 et 10 euros). Ce budget peut tre tablit hors march puisqu’il s’agit en gnral d’exclusivit (CD distribus hors circuit commercial habituel et achets auprs d’associations locales).

- Il est possible de faire remplir un formulaire de dpt aux groupes.

5 - La Mise en place

- Intgration des CD dans le circuit habituel des documents (catalogage, quipement...).

- Mise en place des CD dans un bac spcifique mis en valeur pour le public avec notamment un explicatif du projet.

- Classement PCDM 4 des CD par styles musicaux et par ordre alphabtique avec une cte propre la dmothque.

- La mise disposition au public peut commencer avec un fonds d’une cinquantaine de CD.

6 - Le Site Internet

Le Site internet peut permettre de faire une prsentation du fonds de CD et du projet. Une liste exhaustive des CD peut y figurer avec le visuel de la pochette, des chroniques, des morceaux en coute ou tlchargement voire un espace pour les commentaires des internautes.

Les rubriques coups de cœurs ou nouveauts peuvent permettre de valoriser un peu plus certains albums du fonds.

En cas de tlchargement ou coute des morceaux, il y a une dclaration faire et un forfait payer la SESAM pour les groupes inscrits la SACEM. Pour les groupes non dclars la SACEM ou en Creative Commons, il est ncessaire de demander l’autorisation aux groupes (idem en ce qui concerne le visuel des jaquettes des CD).

7 - Les Animations

Diverses animations peuvent tre mises en place afin de valoriser le fonds et de le faire vivre. Des discographies par styles ou des recueils de chroniques peuvent tre raliss. L’organisation de rencontres entre les groupes ou les labels avec le public peuvent tre envisages (avec comme supports la projections de vidos de concerts ou de sances d’enregistrements studios, l’exposition de photographies du groupe ou de ralisations graphiques, l’coute d’albums). Dans certains cas, des showcases acoustiques ou plus peuvent tre mis en place voire rediffuss sur le site internet aprs accord avec l’artiste ( voir selon le budget dont on dispose pour payer les artistes et la configuration des lieux).

En conclusion

La constitution d’une dmothque demande du temps, notamment dans le collectage des CD qui ncessite une veille documentaire active et constante. Une bonne connaissance du rseau local associatif des musiques actuelles est forcement un atout.

Ce type de fonds connat un certain succs et rpond une attente du public (notamment du public tudiant) essentiellement par le prt des albums des groupes locaux qui tournent mais qui ne sont pas distribus et qui bnficient d’un bon bouche oreille.

***

Vincent Bouteloup

Mediathque Franois Mitterrand

1-3 Rue des Redemptoristes 61200 ARGENTAN

http://www.mediatheque-argentan.com

Un fonds local consacr aux autoproductions Bas-Normandes existe la mdiathque d’Argentan depuis 2002. Ce fonds compte 300 albums et comptabilise 1150 prts sur 3 ans. Pour plus d’infos :

http://www.mediatheque-argentan.com/espace/FondsLocal/def_FdsLocal.htm

Messages

  • Bravo pour cette contribution, et la clart de la dmarche qu’elle met en avant.
    Je m’interroge juste sur le terme "dmothque", qui est peut-tre trop restrictif, car il me semble que la slection que vous proposez va bien au-del de ce que l’on appelle en gnral une "dmo", document dit souvent de faon artisanale en vue de prise de contact avec les diffuseurs. A Strasbourg nous avons entam une dmarche assez proche de la vtre, sous l’intitul "fonds local". C’est vrai que "fonds" a ne parle pas toujours au grand public, du coup on parle aussi de productions musicales en rgion... etc.
    L’autre remarque, concerne le travail complmentaire d’idendification de ressources en ligne, afin (toujours) de valoriser la cration musicale au niveau local. En effet de plus en plus les musiciens renvoient vers leur blog ou des plates-formes de tlchargement du type "MySpace".
    Bien cordialement
    Arsne Ott