Accueil > Musique & numérique > Bornes d’écoute > Journée de présentation ‘Kersonic’ - 18 janvier 2008 – (...)

Journée de présentation ‘Kersonic’ - 18 janvier 2008 – Bibliothèque de Caen

mercredi 13 février 2008, par L’équipe de l’ACIM, Vincent Bouteloup

Le compte rendu à été
rédigé par les discothécaires bas-normands

Word - 47 ko

Article à imprimer

Introduction à l’après-midi par Sophie Chevallier-Biard : la présentation est faite à des professionnels bas-normands dans le domaine musical et dans le cadre de leur questionnement sur l’évolution des technologies dans leur domaine.

Kersonic a développé ‘Sonolis’, une solution de numérisation et d’écoute en réseau pour les médiathèques.

La société

Basée à Baden (56) créée en 2002 par Hervé-François Le Dévéhat, ingénieur et développeur autour du son numérique, du MP3 et de l’Ipod.

Kersonic est concepteur et développeur et suit ses clients en assurant les mises à jour.

Création de Sonolis

- Au départ, une réflexion sur le rôle des discothèques comme lieu d’écoute, de découverte culturelle :

- Comment faire vivre les fonds musicaux et la scène locale, promouvoir les artistes locaux ?

- Comment adapter des sélections musicales au public, personnaliser l’écoute ?

- Comment animer les événements avec des ressources sonores ?

Définition de Sonolis

Une solution clé en main comprenant outils et formation qui permet l’écoute en réseau pour les médiathèques.

Procédé

Numérisation des CD existants dans le fonds de la discothèque grâce à des outils installés et/ou un service de numérisation.

Sont fournis : un serveur local d’archivage des fichiers numérisés, des postes d’écoute tactiles, un logiciel de personnalisation de l’interface tactile selon un classement et un public. Les standards utilisés sont ouverts – Linux, HTML, MP3 – sans frais de licence de serveur ni de formats propriétaires. La compatibilité est assurée avec les SIGB, OPAC et PC multimédias qui peuvent se connecter à ce réseau. Le câblage utilisé est soit Ethernet ou réseau wifi selon l’existant et nécessite au minimum une prise électrique.

Postes d’écoute

Ils sont conçus pour être compacts, robustes avec un boîtier acier et l’interface tactile comporte des icônes qui permettent une sélection et déclenchent l’écoute immédiate des pistes choisies.

Interface

Paramétrable, simple et ludique. On peut l’utiliser pour un public enfant. Chaque poste peut avoir son interface propre et être dédié à un style de musique ou un public adulte/jeunesse. A partir du serveur et sans programmation, on peut modifier les interfaces en ajoutant des sélections, des coups de cœur.

Ecoute en réseau

Plus besoin de manipuler les CD physiquement. Le public est autonome. Il ne s’agit pas de téléchargement mais de streaming qui permet immédiatement l’écoute. L’accès est simultané sur différents postes et les postes d’écoute sont délibérément compacts pour un gain de place et une installation murale, sur table, sur un mobilier existant ou fait sur demande à la société.

Bornes d’écoute et PC multimédia

Avantages des bornes :

- Proposent une écoute intégrale des pistes ou albums.

- Pas de risque de copie, piratage.

- Solidité du matériel, peu de maintenance.

- Interface tactile simple

Inconvénients des PC multimédia :

- Proposent des extraits d’1/3 du morceau (environ 30 s).

- Risques de copie, virus

- Matériel plus fragile et encombrant.

- Interface plus complexe

Pour la SACEM, les bornes sont assimilées à des casques d’écoute individuelle assujettis à un forfait de 25 euros par poste et par an.

Accès

Sur place, la borne peut être délocalisée dans les autres espaces de la médiathèque ou dans des annexes selon les connexions du réseau.

Malvoyants et public empêché

Un bandeau en relief est adapté à la borne et une interface vocale lit les commandes activées. Pour un public empêché et dans la conformité de la loi DADVSI, un accès par le haut débit, ADSL est possible par l’installation de bornes ou PC multimédia dans un autre lieu : hôpital, maison de retraite, école…

Numérisation

Kersonic fournit un logiciel de numérisation de CD en format MP3 non propriétaire et propose un service de numérisation de 500 à 20000 CD. Il faut environ une semaine pour numériser 1000 CD soit environ 3 à 4 minutes par CD.

Informations

En même temps des informations simplifiées sont récupérées par internet : auteur/interprète – nom de l’album – nom des pistes et visuel de la jaquette.

Le stockage se fait sur le serveur local de 1000 à 50000 CD, on prévoit au moins 5 ans de stockage et augmentation du fonds.

Le lien avec le SIGB et le catalogue se fait par pointage vers la page du serveur, par l’ajout d’un lien URL dans le champ unimarc approprié.

Kersonic propose une mutualisation des numérisations entre médiathèques pour réduire les coûts, le CD n’est numérisé qu’une fois mais toutes pourront accéder aux écoutes.

Droits

L’article 8 de la loi DADVSI permet la numérisation du fonds à des fins d’archivage local et la diffusion sur postes d’écoute individuelle, en l’occurrence les bornes tactiles. Le système est sécurisé et ne permet pas de reproduction, une possibilité d’écoute collective existe avec branchement d’ampli à la condition de détenir les droits correspondants et d’acquitter les forfaits à la SACEM.

Evolution

Dans le sens de la mutualisation, l’objectif est de ne pas faire chacun dans son coin la même chose, partager à l’instar des communautés de communes et des BDP.

Dans le sens des discothèques virtuelles existantes comme Bibliomedia, ithèque, Sonolis doit permettre la transition du CD au sonore virtuel. Dans le sens de l’accès aux autres médias comme la vidéo, le livre lu, la conférence, méthodes linguistiques, archives radio… Dans le sens des réseaux des lieux d’écoute mis en réseau.

Développement

Videolis : branchement d’un écran externe pour BO, vidéo créées, courts-métrages.

A venir ? bornes pour téléchargements sur Ipod ou baladeurs.

Références de médiathèques équipées

Baden (56) : 6 postes 1000 CD

Goven (35)

Limay (78)

Mérignac (33) : 20 postes d’écoute, 20000 CD

Villepinte (93) : en cours

Radio-France : 200 bornes adaptées (écoute d’archives radiophoniques)

Démonstration

Des icônes définissent les catégories, des menus avec lettres permettent l’accès aux listes des artistes puis aux albums avec jaquettes et pistes. Le défilement se fait au doigt ou avec une molette qui sert aussi pour le réglage du son. La qualité du son est celle du CD.

Accès par PC multimédia

De type OPAC intranet ou PC internet. Le logiciel est configuré pour ne permettre que l’écoute d’extraits des pistes au contraire des bornes mais la recherche sur la base est équivalente à celle d’un portail web.

Questions des participants

Q. Dans le lien fait avec le SIGB, est-il possible d’inclure des informations autres telles du texte libre ou des liens avec des biographies sur internet ?

R. Oui pour l’ajout d’infos supplémentaires comme date de l’album ou texte libre. Non pour les liens internet avec le serveur sinon le serveur devient un portail Web et n’est pas soumis à la même réglementation.

Q. Peut-on ajouter de la capacité de stockage sur le serveur ?

R. Oui par disques durs supplémentaires mais le stockage est normalement bien estimé avant la numérisation.

Q. D’où viennent les infos téléchargées pendant la numérisation sur les pistes, visuels… ?

R. De bases comme idb.free ou Windows media player. On peut choisir sa base, l’outil est libre et peut s’adapter.

Il est aussi possible de remplir manuellement les infos manquantes.

Q. L’écoute aux bornes est-elle soumise aux flux de consultation, d’accès simultanés ?

R. Non l’écoute locale ne mobilise que peu de la bande passante et le PC multimédia ne diffuse que des extraits.

Q. Quel le format de codage ?

R. MP3 encodé à 128 kb/s mais il est possible de monter à 192 kb/s. Cela n’est pas forcément utile pour tous les CD et rajoute du temps à la numérisation. Itunes est un meilleur outil que Windows media player mais les postes d’encodage fonctionnent sous Linux.

Q. Coût de Sonolis ?

R. base 4 bornes + 1 serveur + 2000 CD + formation des bibliothécaires + installation = 10000 euros si la médiathèque numérise elle-même les CD.

Pour une numérisation des CD par Kersonic, compter 750 euros les 500 CD. Cette numérisation est automatique, effectuée par robot sauf pour les vieux CD un peu usagés pour lesquels on a recours à une numérisation manuelle.

Q. Quelle maintenance pour Sonolis ?

R. Il s’agit d’un contrat annuel proposé par Kersonic, la maintenance est minimale.

Q. quel traitement pour des fonds particuliers : CD + DVD, CD dual, vinyles ?

R. les DVD ne sont pas traités, les duals-discs sont traités s’ils sont signalés, les vinyles sont aussi numérisables mais c’est plus long.
Pour un traitement des DVD – avec les droits correspondants – il existe la solution Videolis.

Q. Où et comment se fait la numérisation ?

R. En local ou chez Kersonic. En local, un logiciel interface de numérisation est installé sur un PC qui n’a pas besoin d’être dédié.

Q. Comment se fait la recherche ? Peut-on rechercher par nom d’interprète sur la borne ?

R. Par création de catégories et de sous catégories sur le PC et la base Sonolis du serveur.

Sur la borne pas de recherche directe mais des menus et sous-menus déroulants.

Sur un PC multimédia ou OPAC, recherche directe sur le portail Web, écoute avec un casque voire 2 si on le demande à l’installation.

Le choix des catégories est celui du discothécaire selon un classement PCDM ou genres.

Q. Dans le cas d’une installation en BDP, le coût est-il réduit ?

R. Le coût est en fonction du nombre de postes d’écoute puisque la numérisation n’est faite qu’une fois pour tout le réseau.

Q. Y a t il des frais de devis ?

R. Pas de frais de devis.

Q. Est-il possible de récupérer des fichiers numérisés par d’autres médiathèques et de négocier un prix ?

R. Les fichiers numérisés appartiennent à la médiathèque même si les CD disparaissent un jour physiquement. Il suffit d’avoir une preuve, facture d’achat.

Kersonic ne conserve pas d’archives des numérisations. La seule entente possible entre bibliothèques relève d’une extension de réseau de type création d’annexes ou nouveau membre du réseau.

Q. Comment ajouter les acquisitions ?

R. Par le logiciel fourni par Kersonic sur le serveur en numérisant manuellement.

Q. Des évolutions sont-elles prévues pour intégrer directement des fichiers numérisés si les fournisseurs le proposent ?

R. Pour l’instant, pas de fournisseurs de fichiers numérisés même si des contacts formels sont établis avec CD Mail. De toute façon, besoin d’acheter le CD support en même temps que les fichiers.

L’évolution vers le prêt virtuel ne se fera pas avec la borne Sonolis mais avec d’autres formules.

Q. Combien y a t il d’icônes possibles sur la borne ?

R. 10 au maximum mais 8 sont préconisées pour une meilleure lisibilité avec un système de double écran et de sous-catégories par menus déroulants.

Nos remarques :

Une bonne façon d’entrer dans la numérisation des fonds, relativement peu coûteuse au regard du service rendu. L’écoute à distance n’est pas possible actuellement mais peut être envisagée à terme.

Cette solution présente l’avantage de ne pas être dépendante d’un SIGB ou d’un format propriétaire.

L’interface est personnalisable sur chaque poste, simple et intuitive d’utilisation, pas très conviviale mais des évolutions sont envisageables sur proposition des bibliothécaires. Il n’est pas possible de faire une recherche par mot titre ou auteur.

Ce produit est à suivre car en constante évolution. En effet il est possible d’ajouter d’autres médias sonores (VOD…).