Accueil > Acim > La musique a toute sa place en bibliothque

La musique a toute sa place en bibliothque

vendredi 3 juin 2011, par l’ACIM, La Rdaction

La musique est un langage universel propre attirer et fdrer tous les citoyens, indpendamment de leurs origines et de leurs catgories socioprofessionnelles. Si l’coute et la pratique musicale ne cessent de se dvelopper dans le monde, en revanche la culture musicale est trop souvent nglige au niveau institutionnel en France, except dans de rares circuits, et n’a jamais t prise en compte par des acteurs conomiques davantage proccups par la rentabilit de leurs investissements que par la diversit musicale.

Le dfunt Conseil Suprieur des Bibliothques avait constat dans ses diffrents rapports que la place de la musique tait encore insuffisante dans les bibliothques. Alors mme que cette situation perdure globalement, la musique en bibliothque est aujourd’hui fragilise par la baisse des prts, le dveloppement de l’coute et du tlchargement en ligne. C’est ainsi que plusieurs nouvelles mdiathques ont ouvert rcemment sans prsenter la totalit de la documentation musicale (livres, partitions, dvd et disques compacts) voire sans musique.

Ce choix nous semble une grave erreur car l’offre musicale en bibliothque ne saurait se rsumer une borne de tlchargement ou une ressource en ligne. Si la place du support CD pourrait tre amene se rduire moyen terme, sa prsence reste pour l’instant la meilleure manire de matrialiser dans nos locaux une offre musicale hybride, c’est dire mlangeant collections physiques et collections dmatrialises.

Renoncer la musique en bibliothque reviendrait l’abandonner aux acteurs du secteur marchand qui n’ont pas le souci de la diversit et de la prennit des œuvres musicales. Tout n’est pas sur le net et tout n’y est pas visible. Malgr son apparente abondance (plus de 7 8 millions de titres annoncs sur des plateformes de streaming), l’offre de musique en ligne reste lacunaire ds lors que l’on sort des musiques de consommation courante.

La musique reprsente une pratique culturelle majeure dans nos socits au mme titre que la littrature ou le cinma. Or les pratiques culturelles ne sont pas tanches. Renoncer la musique en bibliothque risquerait aussi, en supprimant des passerelles entre elles, de remettre en cause, pour un public clectique, l’intrt pour les collections de littrature et de cinma.

Rappelons ce propos l’article 7 de la Charte des bibliothques qui stipule que : "Les collections des bibliothques des collectivits publiques doivent tre reprsentatives, chacune son niveau ou dans sa spcialit, de l’ensemble des connaissances, des courants d’opinion et des productions ditoriales."

Enfin il nous semble important que les mdiathques continuent de jouer un rle prpondrant dans le dveloppement de la culture musicale l’aide d’une offre documentaire large mais aussi de concerts et d’animations sous quelque forme que ce soit (confrences, ateliers de crations musicales, etc.). Dans certains territoires, la mdiathque est le seul point d’accs non marchand la musique.

En accompagnant ces nouvelles pratiques, les bibliothques ont un rle important jouer dans le domaine de l’ducation et la culture musicale du public, notamment pour les nouvelles gnrations.

(version dfinitive du texte adopt lors de l’Assemble Gnrale de l’ACIM le 28 mars 2011 Auxerre. Ce manifeste est diffuser largement pour discussion et dbat au sein du monde des bibliothques et au-del)