Accueil > Formation - Emploi > L’identit professionnelle des discothcaires

L’identit professionnelle des discothcaires

lundi 20 janvier 2003, par Agnes Souchon Desjardins

Introduction

Le mmoire d’Agns Souchon-Desjardins, tudiante en licence l’IUP Mtiers des arts et de la culture de Grenoble dveloppe une rflexion sur l’identit professionnelle des discothcaires. Il s’agit ici de voir comment ceux-ci se peroivent (l’identit professionnelle pour soi) et si cette perception leur permet de constituer un groupe homogne, professionnellement reconnu (l’identit professionnelle pour autrui).

Dans cette optique, un historique de l’apparition de la musique enregistre dans le rseau de lecture publique est une tape pralable et ncessaire la comprhension de cette question identitaire.

La prsentation des cadres thoriques de construction d’une identit professionnelle prcde le compte rendu d’un questionnaire auquel plus d’une vingtaine de discothcaires abonns la liste de diffusion « discothecaires_fr » a bien voulu rpondre.

Cette tude se termine sur les perspectives d’avenir de la profession qui devra faire le choix de son identit pour rompre avec le sentiment d’isolement qui semble l’habiter.

Les missions du discothcaire

Le discothcaire est un professionnel de la documentation musicale. S’il est amen grer un support spcifique, il conserve nanmoins les missions d’un bibliothcaire : c’est un intermdiaire, un « mdiateur », entre les publics, et la production et l’information musicales.

Comme bibliothcaire spcialis, le discothcaire a d’abord en charge le traitement technique d’un support particulier, le disque. Il exerce galement un travail d’expertise sur le contenu intellectuel des documents : il doit connatre les musiques pour tre en mesure de satisfaire aux diverses exigences d’un public de plus en plus important et averti.

Hommage aux hros

Depuis l’apparition de cette spcialit, il y a une quarantaine d’annes, les discothcaires n’ont cess de batailler pour que la musique ait lgitimement sa place dans les mdiathques. Ils ont galement montr leur ouverture tous les courants musicaux bien avant que le concept de « diversit culturelle » ne devienne un slogan la mode.

Ils ont eu aussi cœur de remplir leurs missions auprs des publics, d’une part en permettant la dcouverte d’artistes ou de labels ne s’inscrivant pas dans une ligne commerciale, et d’autre part en s’ouvrant peu peu aux autres supports de la documentation musicale que sont les partitions, les livres, la presse spcialise, les vidocassettes, les CD-ROMS, …

L’"insertion" de la musique dans l’univers jusque l livresque des bibliothques mdiathques a remport un indniable succs en rencontrant l’adhsion massive du public. Comme l’attestent les rapports publis par le Ministre de la Culture, la musique est l’une des pratiques culturelles prfres des Franais.

Mais les hros sont fatigus

En dpit de ces considrations, les discothcaires ne bnficiant pas du prestige culturel des bibliothcaires ou historique des archivistes, semblent souffrir d’un problme d’identit au sein de leur mdiathque.

Cet tat de fait est particulirement visible travers les messages que l’on peut trouver sur la liste professionnelle « discothecaires_fr » o il est quelquefois question de l’isolement du discothcaire, de la ngation de sa spcificit ou encore de l’image peu valorisante dont il est victime. On retrouve ces problmes plus ou moins explicits au gr de la littrature ou de la presse professionnelle.

Les raisons du malaise

Il s’agit d’une crise identitaire complexe dont les causes sont diverses :

- Tout d’abord, le domaine trait, la musique qui est trs connote aux notions de plaisir et de divertissement. D’o peut tre et parfois un mpris sous-jacent de la part des collgues du support papier (et de la galaxie Gutenberg) contre ceux du support en polycarbonate (et de la galaxie Charles Cros).

- Le sentiment d’tre dpass, dbord, cras par la diversification des supports, par la multiplication des genres musicaux, par l’incessante actualit du disque, par l’explosion des demandes des publics ou encore par l’apparition des nouvelles technologies comme Internet.

- Le regret de ne pas avoir toujours reu une formation complte en documentation musicale.

La formation en question

La question de la formation, voire d’une vritable professionnalisation, est rcurrente l’heure o la profession se cherche toujours et tente de s’organiser travers le dveloppement d’un secteur associatif actif et la cration de ses propres outils discothconomiques.

Les perspectives d’avenir

L’volution ncessaire et souhaite de la structure des discothques en de vritables bibliothques musicales constitues en ples thmatiques multisupports, rvle encore davantage le problme du dficit actuel de l’offre de formation en documentation musicale. Cette volution annonce remet galement en cause la traditionnelle grille des connaissances et comptences ncessaires l’exercice du mtier de discothcaire.

Esprons que ce mmoire sera le point de dpart d’un dbat et d’une rflexion polyphonique ou concertante, harmonieuse ou dissonante pour sortir de cette trange priode de « blues » et de lamentations autopunitives.

Ce texte de prsentation est une version remanie par Nicolas Blondeau de l’introduction du mmoire