-> Antoine (Médiathèque de Pacé)

http://www.mediatheque-pace.fr

Animateur multimédia dans une petite équipe dynamique. Pacé est une commune de 10 000 habitants, à 5 kms de Rennes. Auteur du blog @diffuser.net.

Billets de Antoine (Médiathèque de Pacé):

Andie – the tiny album

Andie – the tiny album

A tout juste 21 ans, l’Australienne Andie fait partie de cette jeune génération d’artistes ayant grandi avec Internet. Il y a 8 ans elle partageait déjà des reprises en acoustique sur sa chaîne Youtube (423 000 abonnés, contre 1900 sur sa page Facebook). Elle s’est depuis lancée dans la composition pour aboutir ce tiny album, financé via la plate-forme participative Kickstarter. Véritable concentré de bonheur musical, ce 4ème album nous offre trente minutes solaires de soul teintée de pop (ou l’inverse), illuminées par la chaleur et le groove de sa voix… avec une section rythmique vraiment au top.

Source : andie-dee.bandcamp.com
VN:F [1.9.22_1171]
Note : 2.5/5 (2 votes au total)
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on TumblrPin on Pinterest

There Are No Thieves In This Town – All the Luck in the World

There Are No Thieves In This Town –  All the Luck in the World

Basé à Los Angeles, le label de cassettes indépendant never content accueille parmi ses dernière sorties le dernier album de There Are No Thieves In This Town, le projet du New-Yorkais Michaël Clifford. Entouré de quelques amis, il nous livre ici une œuvre instrumentale poignante, conçue comme une bande-son accompagnant la perte d’un être cher. On est submergé par l’émotion et la mélancolie qui se dégagent de ces titres et happé par l’espoir qui émerge en filigrane. Magnifique.

Source : becomecontent.bandcamp.com
VN:F [1.9.22_1171]
Note : 4.3/5 (4 votes au total)
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on TumblrPin on Pinterest

Cocanha – Puput

Cocanha – Puput

Après la révélation qu’avait été il y a 3 ans leur précédent album (Sus la punta de l’espada se hissant même à une jolie 4ème place lors de l’élection Ziklibrenbib 2020), il va sans dire que le nouvel opus de Cocanha était attendu au tournant ! Et c’est avec un brio certain que le trio toulousain déroule 13 nouveaux morceaux à la fois rythmiquement engageants et vocalement toujours aussi vibrants. Au-delà du coup de cœur immédiat, le vent de modernité qui souffle sur ces chants traditionnels occitans place ce Puput dans la liste des albums qui comptent… et en font dès à présent l’une des valeurs sûres de 2020. Magique !

Source : pagans.bandcamp.com
VN:F [1.9.22_1171]
Note : 5.0/5 (6 votes au total)
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on TumblrPin on Pinterest

Ali Youssefi – Daystar

Ali Youssefi – Daystar

Folk et spiritualité au programme de ce nouvel album d’Ali Youssefi. Ce citoyen du monde, adepte du bahaïsme (religion prônant l’unité spirituelle de l’humanité et reconnaissant la plupart des religions du monde), délivre un 10 titres empreint de sérénité, sur lequel semble planer l’ombre artistique d’un Sting.

Source : music.aliyoussefi.com/album/daystar
VN:F [1.9.22_1171]
Note : 4.6/5 (5 votes au total)
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on TumblrPin on Pinterest

glass beach – the first glass beach album

glass beach – the first glass beach album

Pour un premier album, les Américains de glass beach ne font pas dans le consensuel. Inventifs au possible et jouant avec les frontières musicales, ils nous livrent un 15 titres déroutant au possible, alternant entre fresques musicales et parenthèses incisives, dans un esprit rétro pop aux synthés chiptunesques, menant leur barque d’une énergie punk accrocheuse. A découvrir sans tarder !

Source : glassbeach.bandcamp.com
VN:F [1.9.22_1171]
Note : 2.5/5 (2 votes au total)
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on TumblrPin on Pinterest

Boštjan Simon « There Be Monsters » – The Ark

Boštjan Simon « There Be Monsters » – The Ark

Formé 2017 à l’initiative du saxophoniste Boštjan Simon, le quintet slovéno-italien There Be Monsters nous livre un 2ème album aux mélodies porteuses, mais aux contours surprenants. Portés par une section rythmique précise qui se rend parfois à peine perceptible, saxophones, vibraphone, balafon, tuba et trompette nous invitent à voyager aux frontières du jazz, des musiques du monde et de la musique improvisée. L’une des belles réussites de l’année écoulée !

Source : therebemonsters.bandcamp.com
VN:F [1.9.22_1171]
Note : 4.2/5 (5 votes au total)
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on TumblrPin on Pinterest

Azuria Sky – We Were Once Called Spring

Azuria Sky – We Were Once Called Spring

Avec ce We Were Once Called Spring, la Californienne Azuria Sky nous propose un album à l’ambiance crépusculaire, dans lequel se côtoient guitare acoustique, piano, machines électroniques calées en mode chiptune et de douces mélopées qu’elle semble presque susurrer à nos oreilles. Et soudain l’alchimie parfaite avec le magnétique Summer qui, avec Blue, et à un degré moindre Ravens, Confessions et Listen, nous attire encore et encore vers cette œuvre singulière…

Source : azuria-sky.bandcamp.com
VN:F [1.9.22_1171]
Note : 4.8/5 (5 votes au total)
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on TumblrPin on Pinterest

Brimstone – Record In Peace

Brimstone – Record In Peace

Warooba Records débarque sur Ziklibrenbib et ce n’est sans doute que le début, tant l’éclectisme et la qualité du label berruyer impressionnent… à l’image de cet EP du duo batterie / machines électroniques Brimstone. Cinq titres aux accents world qui font résonner un dub puissant, nerveux et hypnotique donnant une furieuse envie d’être vu en live !

Source : waroobarecords.bandcamp.com
VN:F [1.9.22_1171]
Note : 4.0/5 (2 votes au total)
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on TumblrPin on Pinterest

Final Body – Nothyng

Final Body – Nothyng

Alors que le 2ème mois de 2020 commence à pointer le bout de son nez, il reste encore de jolis trésors sortis en 2019, et ce Nothyng est assurément l’un d’entre eux. Nerveux, puissant et magnétique, ce premier album des Américains Final Body mérite une meilleure exposition et remet sur le devant de la scène une certaine vision du post punk que ne renieront pas les adeptes de Joy Division ou de Gang of Four. L’un des albums majeurs de l’année écoulée, rien de moins !

Source : finalbody.bandcamp.com
VN:F [1.9.22_1171]
Note : 3.7/5 (3 votes au total)
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on TumblrPin on Pinterest