Sunday 16 Jun 2019

Lyon, capitale du Rock 1978-1983 : playlist de mars

par Cyrille MICHAUD, responsable du département musique de la Bibliothèque de la Part-Dieu

En 1978, la presse nationale, dont Libération, utilisait l’expression « Lyon Capitale du rock » pour parler de la scène, punk, new wave et post punk lyonnaise.

Cette exposition médiatique sera aussi relayée dans les colonnes de Best et Rock’n’Folk qui défendent les fleurons de cette scène que sont Marie et les Garçons et Electric Callas.

Le 29 juillet 1978, les Nuits de Fourvière organisait un concert de soutien à la fermeture d’une salle mythique des nuits lyonnaises, le Rock’n’roll Mops : la soirée « New wave french connection » au théâtre antique de Fourvière regroupait Téléphone, Bijou, Little Bob et de nombreuses formations locales comme Starshooter ou Marie et les Garçons.

Des labels nationaux et internationaux rééditent depuis une dizaine d’années des perles plus ou moins oubliées de la scène new wave française : le label new-yorkais Minimal Wave a ainsi exhumé (et relancé) le lyonnais In Aeternam Vale, les groupes Deux et Soma Holiday, le label parisien Gonzaï réédité Marie et les Garçons ou le label londonien Soul Jazz compilé Electric Callas.

L’exposition de la Bibliothèque municipale de Lyon (14 mai – 21 septembre) sera l’occasion de montrer le riche travail photographique (et largement inédit) réalisé par Jean-Paul Bajard, à la fois acteur et photographe de cette histoire. Ce travail photographique s’accompagnera d’une mise en lumière (et en son) de nos collections sur ce pan musical : exposition de pochettes tirées du fonds Mémoire des musiques lyonnaises, points d’écoute d’enregistrements des formations de l’époque, mise en avant d’affiches (issues pour certaines du dépôt légal imprimeur), de places de concerts,…

Cette exposition s’enrichira aussi de nombreux documents récupérés suite à deux appels à contributions / collecte lancés via Facebook (en décembre 2017 et mai 2018) pour mobiliser témoins, acteurs et structures de l’époque. L’exposition sera enrichie d’une programmation culturelle et de propositions diverses telles que : une heure de la découverte adaptée, des rencontres avec des acteurs de l’époque et des concerts invitant les héritiers de cette scène, des projections,…

Le discours de « Lyon, capitale du rock : 1978-1983 » s’organisera autour de 5 axes :

– L’aventure éphémère mais fondatrice du Rock’n’roll Mops

– Les concerts de Fourvière de juillet 1978 et 1979

– Les formations de l’époque : Marie et les Garçons, Electric Callas, Starshooter, Affection Place, Factory, Killdozer, Tintin Reporter, Tales… mais aussi des groupes moins connus ou oubliés

– Les salles de l’époque : Westside, ENTPE, salle Molière, Palais d’Hiver,…

– La diffusion : disquaires, radios et fanzines

Présentation du département Musique :

  • La Bibliothèque municipale de Lyon : 120 000 inscrits, presque 4 000 000 de prêts, 3 800 000 de documents dont 3 200 000 à la Part-Dieu, 3 400 actions culturelles et pédagogiques, 350 postes informatiques pour le public, 454,4 ETP,…
  • Tous les genres musicaux sont représentés
  • 75 000 CD en prêt dont 20 000 en accès direct
  • 1 800 livres en prêt et en accès direct
  • 3 500 méthodes et partitions en prêt (dont 2 000 en accès direct)
  • 1 500 DVD en prêt et en accès direct
  • 50 abonnements à des périodiques dont 43 empruntables
  • 85 000 microsillons en conservation (dont 12 000 78 tours)
  • 1 000 vinyles en prêt
  • 12 platines vinyles en prêt
  • 8,3 ETP

Prêts 2018 :

  • BmL : 2 600 000 entrées / 4 200 000 prêts / 86 500 inscrits
  • Bibliothèque de la Part-Dieu : 880 000 entrées / 1 065 000 prêts
  • Département Musique : 140 000 prêts / environ 15 000 CDs écoutés sur place
  • Site internet BmL : 1 330 000 sessions
  • Guichet du Savoir : 1 370 000 sessions / 3250 questions posées
  • L’Influx : 490 000 sessions (+68%)
  • Numelyo : 246 000 sessions (+27%)

DiMusic : 155 000 écoutes

L’influx (page Musique) : 60 000 pages vues (+168%)

Crate digging « La sélection » :

  • Invités : Chez Damier (producteur house), Richard Robert (programmateur Nuits de Fourvière), Agnès Gayraud (auteur, philosophe, musicienne sous le nom de La Féline), Cheb Gero (label Akuphone), High Tone (groupe lyonnais de dub), Grems (rap, street art), Eric Bellamy (manager, organisateur de concerts), Agoria (producteur house/techno), Disiz La Peste (rap)
  • Emission diffusée sur Nova Lyon le 1er dimanche du mois
  • Disponible sur Soundcloud (+ de 5 000 écoutes)

Cycle capitales musiques : 4 conférences par mois sur la / une / des musique(s) traitée(s) par le prisme d’une ville

Showcases : 11 showcases organisés par an de musiciens lyonnais émergents (30 mn, dans un espace ouvert, léger techniquement,…)

Mémoire des musiques lyonnaises : fonds de conservation de toutes les productions des artistes et labels de l’agglomération lyonnaise. Ce fonds comporte environ 8 000 documents en voie de catalogage et numérisation pour intégration à Numelyo (mai 2019), la bibliothèque numérique patrimoniale de la BmL

Bibliothèque municipale de Lyon
https://www.bm-lyon.fr/

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress