Wednesday 20 Nov 2019

Des Bibliothécaires Musicaux sur les ondes

Un certain nombre de bibliothécaires musicaux interviennent régulièrement ou ponctuellement sur les ondes pour des émissions de radio locale (voire même sur une chaîne de télévision pour la Médiathèque Musicale de Paris). En partant de l’expérience de ces collègues, voici un panel de collaborations témoignant de la diversité des formes que celles-ci peuvent revêtir ainsi que de leurs contenus.

Note d’ici, chronique musicale (Nathalie Muhr, Médiathèque de Sélestat 67)

La Médiathèque de Sélestat (67), en co-production avec la radio associative d’Alsace Centrale Azur FM, présente, depuis septembre 2018, « Note d’ici » une chronique hebdomadaire consacrée aux artistes d’Alsace.

En mars 2018, l’équipe a proposé une collaboration à la radio Azur FM afin de promouvoir l’offre musicale de la Médiathèque de Sélestat et envisageait de présenter, sous la forme de chroniques régulières, l’univers de la musique (CD, anniversaire marquant, coup de cœur, …) avec une fréquence à définir. D’un commun accord, il a été décidé de ne parler que de la scène locale, les deux structures ayant à cœur de promouvoir cet univers. La médiathèque a la possibilité d’acheter les CD des artistes locaux hors marché ce qui lui permet d’avoir une offre étoffée et actuelle. Le travail de veille prend ici tout son sens.

Les caractéristiques de la chronique :

  • Durée : environ 2 minutes (extrait musical compris).
  • Passages : 4 à 5 diffusions par semaine de septembre à juin.
  • Horaires de passage : le vendredi à 15h30, le samedi à 9h45 et 15h30 et le dimanche 10h45 (éventuellement un 5ème passage le dimanche à 15h30 en fonction de la grille des programme).

Il n’y a aucune restriction autres que les restrictions techniques. Il est possible d’aborder tous les genres « audibles » pour une radio grand public (sauf les musiques trop éloignées du cœur de cible,

par exemple le schlager (musique populaire allemande très en vogue dans l’Est), ni de métal trop extrême, ni de jazz trop expérimental. La notion d’extrême est laissée au jugement du bibliothécaire musical…

Côté forme, quelques points de repères ont cependant été mis en place. La trame est toujours plus ou moins la suivante :

  • Bonjour
  • Développement de la chronique selon l’humeur du jour
  • Extrait musical
  • Conclusion avec une phrase du type « Le CD est disponible à la Médiathèque de Sélestat ».

Pour une question de cohérence, une seule personne écrit et enregistre une quarantaine de chroniques par an. La radio se charge de la mise en forme, de la production et de la diffusion.

Pour la saison 2018-2019, 40 CD et 1 DVD musical, de tous genres ont été chroniqué. Chanson française bien sûr mais aussi rap, métal, folk, country, pop, rock, jazz, blues, électro, musique pour enfants, soul et bien d’autres… à l’exception du classique (sur lequel il n’y a pas eu encore de chroniques).

Une fois la chronique diffusée, elle est mise en ligne sur le site de la médiathèque :

Commune Oreille (Jean-Baptiste Degorces, Médiathèque de Durance Luberon Verdon Agglomération 04)

L’émission « Commune Oreille » est née en mars 2015 sous le nom de « Gentil n’a qu’une oreille » sur les ondes de la radio libre et autogérée Radio Zinzine qui émet depuis Limans dans les Alpes de Haute-Provence. A l’origine, c’est un discothécaire (Jean-Baptiste Degorces) en mal de médiation musicale pour avoir quitté professionnellement le monde des espaces musicaux de médiathèques, qui a proposé de monter une émission musicale autour de musiques marginales sur cette radio. Souhaitant que ces émissions aient la possibilité d’être réécoutées en podcast et Radio Zinzine ne s’acquittant pas des droits SACEM nécessaires au podcast, il a (re)découvert la richesse des musiques diffusées sous licences libres et a par la même occasion rejoint l’équipe de Ziklibrenbib.

Un an plus tard, l’émission est devenue « Commune Oreille » en intégrant de nouvelles personnes pour l’animation et en devenant également un collectif organisateur de concerts sous licences libres dans la région de Forcalquier (04).

Le principe de l’émission est toujours le même : l’équipe détermine un thème, en général pas spécialement musical (Tous les animaux du monde sont nos amis, Même pas peur – la fête des morts, Eh bien dansez maintenant !…), et fouille dans les méandres de la création musicale libre pour l’illustrer en élaborant une playlist éclectique et qualitative (ce dernier point reste très subjectif !…)

« Commune Oreille » est une émission mensuelle, diffusée en direct sur Zinzine le deuxième lundi du mois à 11h, puis rediffusée le dimanche soir qui suit à 20h. Elle est reprise sur les ondes de la web radio libre Onde courte.

« Commune Oreille » est également en lien régulier avec les médiathèques de la DLVA, notamment pour relayer l’élection Ziklibrenbib et les concerts organisés par la médiathèque de Manosque (Anga, Abigaïl Stauffer, Ben Cozik)

http://commune-oreille.blogspot.com/

https://communeoreille.bandcamp.com/

Les émissions radiophoniques de la Bibliothèque d’étude et d’information de Cergy-Pontoise. (Hervé Duret, Médiathèque Hélène Berr, Paris 12ème)

C’est en 2003 que le projet d’animer des émissions radiophoniques est né à la suite d’une réflexion collective de l’équipe de la discothèque de la BEI (la Bibliothèque d’étude et d’information, établissement communautaire, a fermé officiellement ses portes en mars 2018). L’objectif : créer une nouvelle dynamique de médiation des fonds de phonogrammes (CD et vinyles) envers le public du territoire de Cergy-Pontoise fréquentant ou non la bibliothèque. Un contrat entre la BEI et la station de radio locale associative RGB (Radio Ginglet La Boucle, le Ginglet étant l’appellation d’un vin local cergyssois et la Boucle une référence au dernier méandre de l’Oise qui forme une boucle avant de rejoindre la Seine) a donc été convenu.

2003 – 2005 : un cycle de 27 émissions de jazz

En octobre 2003 est diffusée la première émission d’une série de 9 : « Histoire du jazz en France « . Sa durée est d’une heure et sa périodicité mensuelle. Elle est enregistrée le dernier jeudi matin du mois pour être diffusée en différé le soir de 20h00 à 21h00 sur les ondes locales et en ligne sur le site de la radio.

Elle est animée par 3 agents invités dans le cadre de l’émission hebdomadaire « Histoire de jazz, histoire de blues  » (aujourd’hui  » un ziste et un zeste de jazz « ). Un fascicule tiré à 70 exemplaires (dont 30 réservés pour le conservatoire de Cergy-Pontoise) présentant l’émission avec bibliographie et discographie est mis à la disposition du public à la discothèque de la BEI. Certains de ces fascicules sont envoyés en version dématérialisée par mail à la demande. Une fois diffusée, l’émission est gravée sur CD accompagné d’un visuel pour être mis au prêt public.

De 2004 à 2005 : cycle de 18 émissions : « Les Instruments de musique dans le jazz« . La durée d’émission passe de 1 heure à 2 heures. La périodicité reste la même et la diffusion le même jour avec la même équipe. Le matériel de médiation reste identique : l’émission gravée, du fait de ses 120 mn, fait l’objet d’un double CD mis au prêt public. Deux invités ont fait l’honneur de participer à cette série : le contrebassiste François Méchali et le batteur Georges Paczynski.

À l’issue de ces 3 années, l’équipe a choisi de n’intervenir que ponctuellement à la station sur invitation d’animateurs d’émissions musicales.

2008 – 2016 : Tierce Majeure, un cycle de 65 émissions de musique classique et contemporaine.

RGB, ne présentant pas dans sa grille de programmation d’émissions consacrées à la musique savante, sollicite Hervé Duret pour en concevoir une. Une négociation est entamée entre la station et la BEI. Une émission de 2 heures mensuelles pourra être programmée, sous condition que sa réalisation et sa diffusion entrent dans le cadre des missions de la bibliothèque. C’est ainsi qu’est née  » Tierce Majeure  » : le compositeur, le mélomane et le discothécaire ».

Elle a été conçue en 3 parties (d’où le titre et le sous-titre tripartite) :

La première porte sur un sujet à caractère pédagogique ou didactique. Une émission par an en mars ou en avril est consacrée au programme de l’épreuve du Baccalauréat musique.

Bon nombre d’usagers mélomanes et des compositeurs sont invités : citons entre autre Antoine Duhamel et Raymond Alessandrini.

La deuxième est une chronique sur les compositeurs et leurs œuvres des 50 dernières années. Elle porte le titre : Modernité, postmodernité et minimalisme.

La troisième est une rubrique présentant, par des extraits musicaux, les manifestations musicales du mois sur l’agglomération de Cergy-Pontoise.

En termes de médiation pour cette émission, un mail est envoyé à des usagers inscrits sur une liste de diffusion (une sorte de newsletter). Chaque émission est gravée sur un double-CD avec visuel sur un dépliant et sur un sticker.

Les émissions sont mises en ligne. Un des hébergeurs gratuits est YouTube. Les 65  » Tierce Majeure  » sont hébergés sur ce site auxquelles s’ajoutent rétrospectivement les 27 émissions de jazz conçues entre 2003 et 2005. Une major américaine ayant repéré isolément 3 thèmes musicaux tirés de ses labels, a rendu illisible la totalité des mises en ligne, entraînant leur retrait.

Seules ont été conservées 2 podcasts sur le site Soundcloud : la 1ère partie de l’émission  » Tierce Majeure  » d’avril 2012,  sur le thème : Quand le rock s’inspire de la musique classique (lien ci-dessous).

La 2ème et 3ème partie de  » Tierce Majeure  » de décembre 2013, portant notamment sur la polémique de Jérôme Ducros au Collège de France : L’atonalisme. Et après ? (Beffa vs Mantovani).

Octobre-novembre 2015 :  » Hérouville Story « , un studio d’enregistrement mythique

L’actuelle absence de toute monographie disponible traitant du studio du château d’Hérouville a également incité Hervé Duret à contacter Franck Ernould, journaliste qui porte le projet depuis des années d’éditer une somme biographique sur le compositeur Michel Magne. Ce projet d’une nouvelle série d’émissions a été validé par la direction culturelle dans l’optique de mettre en valeur le patrimoine musical de l’agglomération de Cergy-Pontoise et de ses alentours.

En accord avec RGB, 6 émissions, de 2 heures chacune, sont enregistrées avec présences d’invités : le compositeur de musiques de film Raymond Alessandrini, le chanteur du groupe Magma Klaus Blazquiz, le compositeur et claviériste du groupe Transit-Express Serge Perathoner, le bassiste de studio Francis Darizcuren et le chanteur Michel Eyan.

Les 6 émissions sont transmises tous les lundis soirs de 22h00 à minuit du 19 octobre au 23 novembre 2015. 6 double-CD sont produits pour le prêt public. Une exposition  » Made in Hérouville  » produite par une association du même nom est montée à la BEI. Une conférence publique est présentée par Franck Ernould. Le projet d’un concert improvisé voix-piano avec Jacques Higelin organisé avec sa manager Marie-Claude Magne n’a, cependant, pu aboutir.

6 podcasts sont accessibles sur le site de la station RGB  en streaming ou téléchargeables.

Emission 1

Emission 2

Emission 3

Emission 4

Emission 5

Emission 6

Entre 2003 et 2015, c’est un peu plus d’une centaine d’émissions radiophoniques qui ont été réalisées et diffusées sur le territoire de Cergy-Pontoise.

Ziklibre & Culture (Nicolas Henriot, Médiathèque de Toul 54)

« Ziklibre & Culture » est une émission mensuelle de 30 minutes, elle est programmée le 4ème mercredi de chaque mois à 12h30 (rediffusion le même jour à 18h30, le lendemain à 3h30, 8h30 et 13h et le surlendemain à 7h) sur Radio Declic.

L’idée est de mélanger l’actualité de la Médiathèque de Toul, de parler de musique libre et surtout de la faire écouter. Chaque mois, Nicolas Henriot détaille les événements qui ont lieu à la Médiathèque (Expos/Concerts/Ateliers/Conférences/heures du conte…), et présente également des artistes qui font de la musique libre s’appuyant sur la sélection (qui court sur 3 mois) qu’il prépare sur les cartes USB musicales dont les albums (une dizaine en général) sont tous issus des chroniques de Ziklibrenbib. La plupart du temps il reprend les textes des collègues de Ziklibrenbib et les titres qui sont sur le site (voire d’autres des albums).

10 émissions sont enregistrées par an et cette année sera la 3ème de ce partenariat avec Radio Déclic (Asso 1901).

http://radiodeclic.fr/shows/ziklibre-et-culture/

Vinyl, l’émission TV tournée en bibliothèque (Médiathèque Musicale de Paris 75)

« VINYLE » ? C’est l’une des toutes dernières émissions de télévision qui prend le temps de parler sérieusement de musique. Un programme diffusé sur France Ô et qui aura vu passer sur son plateau (qui est aussi la salle des archives sonores de la MMP), des personnalités aussi différentes que Jackie Berroyer, Edwy Plenel, le rappeur DAMSO, Dédé St Prix, Benoit Hamon ou Djamel Debbouze. Le principe ? L’invité découvre les archives sonores de la Médiathèques et ses 100 000 vinyles avec le présentateur Juan Massenya, et se raconte en musique au gré des disques qu’il choisit dans les rayonnages de la médiathèque.

Anciennement « Radio Vinyle« , l’émission diffusée sur la chaine France Ô qui se déroulait à la discothèque de Radio France, cherchait en 2017 un nouveau lieu de tournage. C’est alors tout naturellement que l’équipe de Milgram Production se tourna vers la Médiathèque Musicale de Paris, forte de sa collection patrimoniale de vinyle, et d’un espace particulièrement adapté pour le transformer en véritable studio de télévision.

A la médiathèque, cette semaine de tournage est donc un moment de grande effervescence : des camions arrivaient plein de matériel, de câbles, de caméras et d’éclairages en tout genre. Une vingtaine de personnes déambulent et d’heure en heure s’affairent à transformer la salle de conférence en un… studio de télévision !

Les bibliothécaires sont aussi de la partie, puisque l’équipe participe activement à la préparation et à la sélection des disques pour l’émission, et guident l’équipe dans les rayonnages rétro-futuristes des archives sonores pour y trouver la perle rare !

https://bibliotheques.paris.fr/musique/vinyle-lemission-tv-tournee-en-bibliotheque.aspx

Les coulisses du tournage et les émissions en replay et la chaine youtube de VINYLE :

Replay des émissions sur FranceTV :

https://www.france.tv/france-o/vinyle/

Parachute (Charles Taupin, Médiathèques de Pau 64)

Parachute est une émission radio diffusant un éventail de musiques innovantes, hors des sentiers battus et peu entendues en radio. Depuis plus de 10 ans, un seul slogan : « Parachute, l’émission hebdomadaire qui vous met l’oreille à l’envers » Hautement réfléchi, le nom de de l’émission a développé son acronyme sous la forme suivante : Particule Artisanale de Recherches Actives Contre la Haute Unification des Territoires d’Ecoutes… Parachute est née d’une envie de promouvoir toutes les musiques absentes ou peu présentes dans le paysage sonore. Telles les missions du discothécaire, transmettre, partager et faire découvrir restent le fil conducteur de Charles Taupin, l’animateur de Parachute. Aussi, intéressé par des modes de diffusion alternatifs, Parachute a décliné depuis peu une nouvelle émission mensuelle : Parachute libre. Ce nouveau projet parallèle est exclusivement dédié aux musiques diffusées sous licence Creative Commons.

Parachute suit des labels libres français (Sirona, les potagers natures, Da heard It records, Nks international, Fuck label fuck mastering…) ou internationaux (Cronica, Bloc sonic, Sociopath recordings, Fratto9, Subwise, Memory Format, Enough records, Etched trauma, Hubro, Sound Museum Plus Timbre, …), locaux ou régionaux (Pagans, Dead Disco, Stomoxyne… ), et des labels disparus (Fwonk, Headphonica, …).

L’émission est alimentée par une veille quasi quotidienne sur Internet, par des contacts avec des artistes, des labels, des promoteurs, des distributeurs, et par les acquisitions réalisées dans le cadre de l’espace musique des médiathèques de Pau. Parachute diffuse des nouveautés, des découvertes pas forcément récentes, des pièces ou des morceaux historiques, des musiciens ou des artistes connus ou non.

Diffusée depuis les studios de Ràdio País, station de radio française d’expression occitane créée en Béarn en 1983, Parachute est également retransmise en direct sur 2 radios alsaciennes : MNE et Quetsch. L’émission est aussi diffusée sur 6 radios à d’autres horaires. Au total, elle séduit les auditeurs de 10 radios. Parachute est aussi bien présente sur le web avec son streaming et ses podcasts et grâce à ses collaborations avec des graphistes qui régulièrement créent des affiches originales pour illustrer des émissions. Afin d’assurer une communication visuelle percutante, Parachute s’est également doté de trois trailers visibles sur youtube. Enfin, l’émission radio a opté pour des jingles originaux multilingues.

https://prcht.wordpress.com/

https://www.instagram.com/parachute.prcht/?hl=fr

1 Commentaire

  1. Dujol Lionel says:

    Merci pour ce billet.

    A noter également que les bibliothécaires de Valence Romans Agglo ont également une emission mensuelle sur la radio valentinoise « Radio Mega. » Emission qui propose trois critiques musicales.
    Et pour aller plus loin, votre serviteur en compagnie du directeur du réseau Valence Romans Agglo animent sur leurs temps perso et toujours sur les mêmes ondes « Rockciety » un fait de société vu par le prisme du rock.

    Pour dévouvrir cela : https://www.radio-mega.com/player/
    Et choisir à droite « Chuuut » ou « Rockciety »

    Musicalement votre
    Lionel Dujol

    Répondre

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress